Venu du Japon, le robot banquier débarque chez nous

InnovationLa BCV a installé à Vevey un robot humanoïde, déjà présent en Suisse alémanique et à l’étranger. Il blague et informe les clients.

Pepper le robot accueille les clients de la BCV de Vevey.

Pepper le robot accueille les clients de la BCV de Vevey. Image: CHANTAL DERVEY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Comment appelle-t-on un cadeau qui s’en va? Une surprise-party.» L’auteur de cette blague, c’est Pepper. Et Pepper, c’est le robot humanoïde que la Banque cantonale vaudoise (BCV) a installé à Vevey. Développé par Softbank Robotics, filiale du groupe japonais Softbank, il est capable d’interagir avec les humains et est déjà présent dans d’autres banques à l’étranger et en Suisse, comme Raiffeisen ou la Banque cantonale de Bâle, mais pas en Suisse romande (lire encadré).

Cela fait un an que Pepper accueille les clients de la BCV de Vevey. Mais pour l’instant, la banque n’en avait pas fait la publicité. Grand comme un enfant de 6 ans (1,20 m), il pèse 28 kilos et accueille les clients, les informe, leur raconte l’histoire de la BCV, des blagues et des histoires, pose pour faire des photos, et recueille leur avis quand ils s’en vont.

Employés humains pas menacés

Mais aucun conseil financier ne sort de sa bouche. Car lui-même l’assure: il n’est pas là pour remplacer les employés humains de la BCV. «S’il n’y a plus d’humains, je n’ai plus de but», explique-t-il après que ses yeux sont devenus bleus, signe qu’il a compris qu’il voulait nous parler. Et serrer la main? «Je ne peux pas», explique-t-il, pour ne pas casser ses doigts articulés.

«S’il n’y a plus d’humains, je n’ai plus de but»

Le monde médical, l’horlogerie et l’industrie utilisent également ce robot. «Nos robots sont uniquement des assistants qui vont permettre d’accueillir, de rediriger et de donner des premières informations aux clients. Ils ne vont pas donner de vrais conseils financiers au client», explique Vincent Samuel, porte-parole de Softbank Robotics en Europe. Effectivement, Pepper n'a pas su nous répondre à la question de connaître les taux d'intérêt des comptes d'épargne.

Un robot à 16 900 euros

Avec une petite caméra au milieu du front pour nous voir, il nous entend grâce à plusieurs micros et comprend nos mouvements grâce à un système à infrarouge. Mais, attention, il ne faut pas lui couper la parole, sinon il ne comprendra plus rien. «Je connais un nombre infini de lettres et de syllabes, ajoute-t-il. Mais cela n’a pas toujours de sens.» Son prix? 16 900 euros, selon Softbank Robotics. Mais la BCV ne donne pas de chiffre.

«Après un bilan, la question d’étendre ou non sa présence dans d’autres agences sera étudiée», indique Jean-Pascal Baechler, porte-parole humain de la banque. «Tout ce que Pepper dit est programmé et tout l’art est de lui donner un univers suffisamment riche pour ne pas en donner l’impression. Il ne remplacera pas nos employés, car la BCV n’est pas une banque en ligne. Ce qui fait sa différence, c’est son ancrage dans le canton et qu’elle s’appuie sur différents canaux, agences, centre de contact ou services en ligne.»

Au moment de dire au revoir, Pepper se dit «navré» lorsqu’un client n’a pas aimé son passage à banque. Mais il dit «super» quand un client est heureux.

Créé: 15.11.2019, 14h03

Déjà à Saint-Gall et à Bâle

La BCV n’est de loin pas la première banque à avoir un robot. «La première banque à avoir utilisé Pepper est la banque japonaise Mizuho où il faisait de l’accueil en agence», explique Vincent Samuel, porte-parole de Softbank Robotics.
A l’étranger, Axa Bank, BNP Paribas, ING, Crédit Agricole et d’autres banques se sont aussi laissées séduire. En Suisse, la Banque cantonale de Bâle et Raiffeisen en ont chacune un exemplaire, là aussi pour l’accueil des clients. Mais Raiffeisen lui a donné un nom: «Ralffi». «Il travaille avec zèle comme ambassadeur de Raiffeisen, notamment lors de concerts ou actuellement à la Smart Halle de St-Gall», explique Stefan Jeker, chef de projet. «Il a aussi travaillé dans des Banques Raiffeisen ou lors des nombreuses assemblées générales des Banques Raiffeisen.»

Articles en relation

L’horlogerie veut séduire la génération digitale

Montres L’avenir de la haute horlogerie passe par les nouvelles technologies. C’est le message délivré au LAB, nouveauté du SIHH. Plus...

[VIDEO] Bob, le robot qui se balade à l’Hôpital de Nyon

Technologie L’engin autonome testé par La Poste sillonne les couloirs de l’établissement pour livrer des échantillons de laboratoire. Avec succès. Plus...

Le robot et son double

Théâtre À Vidy, un androïde livre une conférence sur le lien Homme-machine. Déroutant. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.