Passer au contenu principal

FédéralesVaud: Verts favoris pour gagner au National

La hausse démographique du canton de Vaud offre un siège supplémentaire aux politiciens. Tous les partis le lorgnent aussi.

Au Conseil national, dix-huit sièges reviennent au canton de Vaud.
Au Conseil national, dix-huit sièges reviennent au canton de Vaud.
Keystone

Le siège supplémentaire auquel la députation vaudoise à Berne a droit en raison de sa croissance démographique aiguise l'appétit de tous les partis dans la campagne pour les élections fédérales. Les Verts sont en bonne position pour l'obtenir. Autres enjeux: la réélection du PDC Claude Béglé et les chances du ticket rose/vert aux Etats face au sortant Olivier Français (PLR).

Au Conseil national, sur les 18 sièges que compte aujourd'hui le canton de Vaud, cinq reviennent au PLR, cinq au PS, quatre à l'UDC, deux aux Verts, un au PDC et un aux Vert'libéraux. Sans surprise, la perspective d'un fauteuil supplémentaire pour la députation fait saliver de tous les côtés de l'échiquier politique: 374 candidats répartis sur 24 listes sont ainsi en lice pour les 19 sièges.

Un sixième siège

Au vu des préoccupations de la population pour le climat et des importantes mobilisations dans les rues lausannoises, les Verts partent favoris dans la course. Outre les sortants Adèle Thorens Goumaz et Daniel Brélaz, qui s'est engagé à quitter le Parlement en cours de législature, le parti propose des personnalités bien profilées pour le poste: la secrétaire générale de la Fédération des consommateurs Sophie Michaud Gigon et les députés Raphaël Mahaim et Léonore Porchet.

Toujours à gauche, où les formations se sont apparentées, les socialistes espèrent reconquérir un sixième siège. Parmi leurs atouts, le très populaire Pierre-Yves Maillard, président de l'Union syndicale suisse. Nul doute que l'ancien conseiller d'Etat, véritable locomotive électorale, siégera prochainement à nouveau sous la Coupole.

Cavalier seul

Autre stratégie à droite où les formations partent en ordre dispersé. Tout comme aux dernières élections, PLR et UDC ne s'apparentent pas, ce qui avait plutôt réussi aux libéraux-radicaux puisque le parti avait décroché un siège supplémentaire en 2015. Et le PLR veut continuer sur sa lancée en visant un sixième fauteuil en octobre.

Pour ce faire, lui aussi a un atout de poids dans son jeu: la conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro, qui devrait être logiquement bien élue à Berne. Parmi les sortants, seul Fathi Derder a décidé de ne pas se représenter.

Tout à droite à l'UDC, on souhaite avant tout conforter l'acquis, à savoir les quatre sièges, mais pourquoi pas en obtenir un cinquième. Chez les sortants, Alice Glauser-Zufferey, seule représentante féminine, ne souhaite pas rempiler.

Sort de Béglé

Mais c'est surtout au centre que les regards se tournent en ce moment. Unique représentant du PDC Vaud au National, Claude Béglé a beaucoup fait parler de lui lors de son récent voyage et ses tweets controversés en Corée du Nord.

Maintenu comme tête de liste, l'ancien patron de la Poste en est toutefois ressorti fragilisé et son siège est menacé. D'autant plus qu'il avait été le moins bien élu en 2015 avec près de 10'000 voix de moins que l'avant-dernière Isabelle Chevalley. Pour ces élections, son parti est apparenté à plusieurs formations réunies au sein de l'Alliance du Centre: le PBD, le PEV et l'UDF.

Du côté des Vert'libéraux, représentés par Isabelle Chevalley, on aimerait conquérir un second siège, mais la piste du statu quo semble plus plausible. La formation, apparentée avec le parti pirate, présente notamment le député et président de section cantonale François Pointet.

A gauche de la gauche, après une période tendue et des relations compliquées, Ensemble à Gauche (EàG) et le POP ont finalement décidé d'un sous-apparentement. Objectif: obtenir au moins un siège au parlement. Parmi les candidats d'EàG, Franziska Meinherz et Jean-Michel Dolivo. Et du POP, Anaïs Timofte et Bernard Borel.

Aux Etats

S'agissant du Conseil des Etats, quinze candidats tentent leur chance. La sortante socialiste Géraldine Savary ne se représente pas. Le sortant PLR Olivier Français, qui était parvenu à prendre le siège du Vert Luc Recordon aux dernières élections, est lui dans les starting-blocks.

Mais un obstacle de taille se dresse sur son chemin: le ticket rose/vert composé des conseillères nationales Ada Marra et Adèle Thorens Goumaz. La première avait été facilement élue en 2015 et dispose d'un socle électoral solide, la seconde défend depuis plusieurs années déjà les préoccupations environnementales de la population. Les jeux sont ouverts.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.