Passer au contenu principal

Les Verts ouvrent la course à la succession de Jean-Yves Pidoux

Jean-Yves Pidoux, municipal des services industriels depuis 2006, laissera l'an prochain une place que les écologistes n'auront pas de mal à combler.

Au tour des Verts de poser leurs premiers jalons de la campagne pour les communales de mars 2021. Jean-Yves Pidoux, municipal des Services industriels depuis 2006, ne rempilera pas. Il l’avait annoncé mais le parti le communique officiellement. Pour se représenter, Jean-Yves Pidoux aurait dû demander une dérogation à son parti. Il a choisi de laisser sa place.

Et au vu des résultats récents des écologistes, mais aussi de la vitalité de la section lausannoise, les candidats ne vont pas trop devoir se faire prier. Ceux-ci ont jusqu’à la fin du mois de février pour faire part de leur intérêt et chacun est libre de s’exprimer publiquement ou non sur sa candidature.

Valéry Beaud renonce

Il en est un, et pas des moindres, qui a choisi jeudi d’annoncer qu’il ne sera pas candidat. Valéry Beaud, actuel élu et ancien président du Conseil communal, était depuis longtemps pressenti pour succéder à Jean-Yves Pidoux.

«Toutefois, tant dans mes activités professionnelles qu'associatives et politiques, j'ai toujours fonctionné à la passion, particulièrement pour mes domaines de prédilection que sont l'urbanisme, la mobilité et l'environnement. Mais en rejoignant la Municipalité, rien ne me garantit de pouvoir poursuivre l'exercice de mes passions. Selon la Direction dont je pourrais hériter, je crains de ne plus avoir le même plaisir au travail qu'aujourd'hui, et sans cette passion, de ne pas pouvoir apporter le meilleur de moi-même pour la commune.»

Voilà pour les annonces. Reste que même s'il n'y a qu'un seul siège écologiste qui se libère, les Verts pourraient décider d’être plus gourmands et tenter de décrocher, pour la première fois, trois sièges à la Municipalité. Le co-président de la section, Benjamin Rudaz indique que «la question est encore ouverte. Nous n’avons pas encore discuté avec tout le monde, notamment avec nos alliés.»

Grande visibilité Xavier Company

Il serait en effet difficile, si l’alliance avec le PS et le POP est maintenue, de lancer un total de sept candidats de gauche pour sept sièges. Le coprésident confie en outre qu’il penche clairement pour un maintien de l’alliance: «Nous voulons faire campagne ensemble. La ville fonctionne bien, l’équipe actuelle aussi.»

Quid d’autres formations, par exemple du côté de la Grève du climat ? Benjamin Rudaz dit n’avoir pas eu vent d’éventuelles candidatures du mouvement aux communales. «En revanche, nous avons des contacts avec les jeunes Verts qui ont fait un score énorme aux fédérales. Nous aimerions une liste commune pour le Conseil communal, histoire de ne pas dissiper nos forces.»

C’est une assemblée générale publique, au début de l’été, qui décidera de qui figurera aux côtés de la sortante Natacha Litzistorf. Un nom devrait fort probablement beaucoup circuler d’ici-là : Xavier Company. Actuel coprésident de la section, il est un des membres les plus actifs du groupe. Avocat, fervent défenseur de la forêt du Flon, il jouit et use d’une grande visibilité et se profile sur tous les sujets chauds du moment.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.