Les Verts vaudois ravis du verdict anti-Roundup

EcologieAprès la condamnation du glyphosate par la justice californienne, les écologistes jubilent. L’UDC craint en revanche le pire.

Tondre l'herbe dans la vigne plutôt que désherber au Roundup: les idées commencent à émerger en vue de se passer un jour du fameux herbicide.

Tondre l'herbe dans la vigne plutôt que désherber au Roundup: les idées commencent à émerger en vue de se passer un jour du fameux herbicide. Image: CHRISTIAN BRUN/A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Forts d’une première victoire cantonale le mois dernier, les Verts vaudois ont pu déboucher le champagne ce week-end après la décision d’un tribunal de San Francisco de condamner Monsanto/Bayer à payer 289 millions de dollars à un jardinier victime d’un cancer (notre édition d’hier).

Le glyphosate, principe actif du fameux désherbant Roundup, se trouve ainsi pour la première fois condamné par les juges; de quoi réjouir les écologistes dont le credo a été jusqu’ici systématiquement invalidé par le doute scientifique. «Cette décision ne fait que confirmer ce que nous disons depuis des années, relève le président des Verts vaudois, Alberto Mocchi. Ce n’est plus seulement Greenpeace qui condamne le glyphosate, c’est un tribunal!»

En juillet, en réponse à la motion du député Yves Ferrari, le Département du territoire et de l’environnement a annoncé qu’il n’utiliserait plus ce produit sur ses domaines agricoles, viticoles et arboricoles d’ici à 2022.

«C’est un bon début», poursuit Alberto Mocchi. Le président ne cache pas que le but des Verts est l’interdiction «pure et simple» du Roundup en Suisse. La conseillère nationale Adèle Thorens œuvre dans ce sens au parlement fédéral avec une motion pour une sortie progressive du glyphosate.

Les paysans ne voient pas la chose du même œil, bien sûr. Agriculteur-viticulteur, le député UDC Pierre-Yves Rapaz, par ailleurs municipal à Bex, juge le verdict californien «ridicule». «J’utilise moi-même le glyphosate depuis 35 ans! Le jour où il sera interdit, ce sera un gros problème: nous avons essayé des alternatives de désherbage à l’eau chaude dans ma commune. Après 10 jours on peut recommencer et ça n’est finalement pas écologique.»

Créé: 13.08.2018, 16h47

Articles en relation

Les fronts mondiaux de la guerre contre le glyphosate de Monsanto

Herbicide C’est une première. La firme vient d’être condamnée à San Francisco. Autour du globe, la bataille contre le Roundup fait rage. Plus...

Pas si simple de se passer du glyphosate

Agriculture Deux agriculteurs conventionnels témoignent de leur envie de se passer de l'herbicide contesté et des difficultés pour y arriver. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.