Passer au contenu principal

«Je veux être au courant de ce qui se passe sur le terrain»

Confirmé à la tête du Service de protection de la jeunesse, Frédéric Vuissoz veut établir un lien direct avec la base.

L'affaire du père abuseur avait révélé que certaines informations sur des situations complexes ne remontaient pas jusqu'au chef du SPJ. Frédéric Vuissoz, qui remplace définitivement Christophe Bornand, veut que l'information circule.
L'affaire du père abuseur avait révélé que certaines informations sur des situations complexes ne remontaient pas jusqu'au chef du SPJ. Frédéric Vuissoz, qui remplace définitivement Christophe Bornand, veut que l'information circule.
FLORIAN CELLA

Que le chef du SPJ soit informé des situations complexes et graves. Qu'elles remontent vers lui. Telle était l'une des volontés principales affichées après l'affaire du père qui avait violenté et commis des abus sur la plupart de ces huit enfants, condamné à 18 ans de prison en mars 2018. Nommé ad interim à la tête du service en octobre dernier, après le départ forcé de Christophe Bornand, Frédéric Vuissoz est confirmé à son poste. Il explique comment il entend travailler.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.