«Je veux utiliser ma schizophrénie comme un atout»

Dans son film «Loulou», le réalisateur Nathan Hofstetter raconte sa maladie, la schizophrénie paranoïde. Témoignage.

Vidéo: Catherine Cochard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En 2013 après une deuxième hospitalisation, le réalisateur Nathan Hofstetter - Neuchâtelois d’origine mais Lausannois d’adoption - est diagnostiqué schizophrène paranoïde. Sorti dans les salles romandes mercredi 4 septembre 2019, son film «Loulou» raconte à la première personne sa maladie.

Créé: 06.09.2019, 09h01

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...