Vexée, l'UDC veut se séparer de ses alliés

PolitiqueLe parti en a marre de «se faire tacler dans les jambes» par les libéraux-radicaux et les Vert’libéraux. L’échec des élections de 2012 n’a pas cicatrisé.

«On fait croire que ce centre droit vaudois est fort, mais il y a trop de coups par-derrière», selon Jacques Nicolet, président de l'UDC Vaud et conseiller national.

«On fait croire que ce centre droit vaudois est fort, mais il y a trop de coups par-derrière», selon Jacques Nicolet, président de l'UDC Vaud et conseiller national. Image: ARC/Jean-Bernard Sieber

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’UDC Vaud en a gros sur la patate. Au point que sa direction a décidé de quitter le centre droit vaudois, la plate-forme qui réunit l’UDC, le Parti libéral-radical (PLR) et les Vert’libéraux depuis les élections cantonales de 2012. Son président, Jacques Nicolet, promet une «politique plus incisive».

Pourquoi cette demande de divorce? Ces trois dernières semaines, le parti n’a pas apprécié que ses alliés refusent de créer une commission d’enquête parlementaire sur les prisons, que son candidat à la Municipalité d’Aigle soit qualifié d’«extrémiste» par le président du PLR, ou que le journal du parti suisse soit traité de «torchon de propagande» et de «mensonge» par le secrétaire général des Vert’libéraux. Sans oublier le faible soutien des électeurs PLR lors des élections cantonales l’an dernier, ce qui avait causé l’échec de Jacques Nicolet au Conseil d’État.

«Trop de coups par-derrière»

Malgré la vexation, l’UDC ne tourne pas complètement le dos à ses alliés. Elle continuera à se battre à leurs côtés contre l’assurance des soins dentaires ou sur une majorité des dossiers au Grand Conseil. «Quitter le centre droit vaudois, c’est une question de loyauté envers la population. On fait croire que ce centre droit vaudois est fort, mais il y a trop de coups par-derrière, dénonce Jacques Nicolet. Nous n’aimons pas nous faire tacler dans les jambes.»

Quant à savoir si l’UDC attaquera le PLR pour la succession de Jacqueline de Quattro en 2019 (cette dernière a annoncé vouloir quitter le Conseil d’État pour aller au Conseil national), Jacques Nicolet reste prudent: «Tout est ouvert. Mme de Quattro a émis un vœu. Elle doit encore affirmer sa candidature et être élue avant que nous nous prononcions.»

Les alliés appellent à discuter

Frédéric Borloz, le président du PLR, regrette le choix de l’UDC: «Je reste ouvert à la discussion. Ce sont les alliances qui font les succès. C’est par elles qu’on fait passer nos idées.» Quant au Parti vert’libéral, il a réagi dans un communiqué et appelle à maintenir la collaboration. (24 heures)

Créé: 16.02.2018, 08h24

Articles en relation

«Le directeur de prison est devenu un fusible»

Enquête Trois anciens directeurs de prisons vaudoises acceptent de lever le voile sur l’évolution de ce métier un peu à part. Et se plaignent d’avoir perdu en autonomie. Plus...

L’enquête parlementaire, une arme utilisée trois fois en vingt ans

Sécurité L’UDC et le PLR veulent une commission d’enquête parlementaire sur les prisons. Cet outil n’a été utilisé que trois fois dans le canton. Mais qu’est-ce que c’est? Et pourquoi les trois anciens présidents critiquent-ils l’idée lancée par la droite cette fois-ci? Plus...

UDC et libéraux-radicaux isolés pour une commission d'enquête

Prisons Les partis centristes ont annoncé mardi qu'ils s'opposent à l'idée de l'UDC. La gauche et le centre volent au secours de Béatrice Métraux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.