[VIDÉO] La Rega fait voler de vrais petits hôpitaux hi-tech

TechnologieLa Rega s’équipe en innovant. En plus d’un système de détection des obstacles par laser, l’entité dote sa flotte de vidéo-laryngoscopes dernier cri. Et renouvellera tous ses aéronefs d’ici à 2021.

Vidéo: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Al’heure des drones, des smartphones, des voitures autonomes et autres objets connectés, la technologie est toujours plus présente dans les activités humaines et le sauvetage aérien n’échappe pas à la règle. La preuve à la Rega, qui, pour assurer des missions toujours plus nombreuses (lire l'encadré), est en train de se doter d’un impressionnant arsenal technologique, bientôt intégré à l’équipement de base de sa flotte.

Il y a d’abord le C-Mac, vidéo-laryngoscope portable dernier cri, qui facilite le travail des équipes médicales en cas d’intubation. «Avec sa spatule coudée au bout de laquelle se trouvent une source lumineuse et une caméra, le vidéo-laryngoscope permet au médecin urgentiste, mais également au sauveteur professionnel qui l’accompagne, de suivre la procédure sur écran», explique Jean-Daniel Rouvé, médecin urgentiste à la Garde aérienne suisse de sauvetage. Il ne perçoit que des avantages à ce système d’imagerie médicale: «Non seulement je vois ce que je fais, mais l’appareil, grâce à sa lame plus courbe, permet une intubation plus facile en cas de traumatisme.»

Si la vidéo-laryngoscopie existe dans les hôpitaux depuis des lustres, son utilisation à bord des hélicoptères et des avions ambulances est une première pour la Rega. «Les possibilités médicales au sol doivent également profiter aux patients et aux patientes dans les airs. Le C-Mac est un bon exemple de ce credo», indique le professeur Christian Kern, président de la Commission médicale de l’organisation de secours.

«Pour pouvoir être engagé dans ces conditions, parfois extrêmes, les exigences sont nombreuses.»

Portable et robuste, le C-Mac peut être utilisé sur le terrain, en extérieur. «Pour pouvoir être engagé dans ces conditions, parfois extrêmes, les exigences sont nombreuses. L’appareil doit être mobile et autonome en énergie. Son écran doit également être de grande qualité afin d’être visible en plein soleil ou dans la réverbération d’un glacier. Il a été testé en mission, avec succès, durant plus d’un an par l’équipe de la base bernoise de la Rega», poursuit le professeur Kern.

Les deux autres petits bijoux de technologie présentés jeudi peuvent être couplés l’un à l’autre. Le premier, l’AutoPulse, est un système de réanimation mobile et mécanisé utilisé pour les patients victimes d’un arrêt cardiaque subit. En clair: il s’agit d’une sorte de robot qui pratique un massage cardiaque à l’aide d’une grosse sangle entourant la cage thoracique. Sur un mannequin d’entraînement, l’effet est très impressionnant. «Le massage cardiaque de l’AutoPulse est probablement meilleur que les nôtres. Autre avantage: il réduit le temps où le patient n’est pas massé. Il nous permet aussi d’avoir les mains libres et de pouvoir nous concentrer sur autre chose, les injections intraveineuses, les médicaments ou encore la ventilation du patient», poursuit le médecin urgentiste.

Le deuxième appareil, le Propaq MD, assure carrément une surveillance digne des stations de soins intensifs. De quoi faire des appareils de la Rega de véritables petits hôpitaux volants. Moniteur avec défibrillateur intégré, également doté d’une fonction pacemaker, le Propaq MD permet par exemple d’envoyer l’électroencéphalogramme du patient à l’hôpital où il est héliporté, pour une meilleure prise en charge à l’atterrissage.

Première mondiale
Les atterrissages, justement, seront bientôt effectués par des appareils flambant neufs, la Rega s’apprêtant à renouveler toute sa flotte. Montant de la facture pour treize aéronefs, leur entretien et la formation des pilotes: 230 millions de francs. Ce montant conséquent comprend notamment l’acquisition de trois hélicoptères AW169-FIPS, capables de voler par tous les temps. Un impératif pour la Rega, qui doit chaque année refuser quelque 600 missions pour cause de mauvaises conditions météo, indique encore le professeur Kern. «Nous sommes actuellement en train de les doter d’un dispositif antigivrant. Ils seront mis en service dès 2021», annonce Sascha Hardegger, chef des opérations hélicoptères.

Cerise sur le gâteau: ces trois hélicoptères seront équipés d’un système de détection d’obstacles (câbles de téléphérique ou autres) par laser dans un rayon de 2 kilomètres. Une première mondiale pour une organisation civile de sauvetage aérien. (24 heures)

Créé: 06.04.2017, 22h21

2016 en chiffres

3,37 millions de personnes ont fait un don à la Rega l’an dernier (+ 2,8%). L’entité, autofinancée à 100%, affiche un total de bilan de 564 millions.

15 093 missions ont été assurées par la Rega en 2016, en hausse de 0,3% par rapport à 2015.

4049 interventions en hélicoptère ont concerné des maladies. Loin devant les accidents de sport (1373), ceux du travail (931) et ceux de la circulation (762).

10'000 patients ont eu recours à l’aide aérienne d’urgence, soit une moyenne de 28 personnes par jour.

798 missions ont été assurées par la base de Lausanne (+ 2%).

230 millions de francs C’est le prix que coûtera le renouvellement de la flotte de la Rega. Dans le détail, on compte trois Leonardo AW169-FIPS, trois avions ambulances Bombardier Challenger 650, six hélicoptères Airbus H145 et un hélicoptère Airbus H125.

Articles en relation

La Rega rêve de voler par tous les temps

Secours Une station météo sera installée sur le toit de la base lausannoise et trois hélicos avec option «dégivrage» ont été commandés. Plus...

La Rega secourt 11 personnes le soir du réveillon

Oberland bernois Les sauveteurs sont venus en aide à un groupe de raquetteurs égarés dans la montagne à cause des chutes de neige. Plus...

Les sauveteurs affûtent leur art à flanc de falaise

Saint-Triphon La Rega et le Club Alpin Suisse se sont livrés, ensemble, à un entrainement de sauvetage héliporté pour parfaire leur collaboration. Plus...

La Rega peut désormais rapatrier des malades d’Ebola

Sauvetage Pour la première fois, la Garde aérienne suisse a pu transporter une personne potentiellement infectée par le virus. Plus...

La Rega en exercice dans les airs

Sauvetage La Rega prépare sa saison d'hiver. Reportage lors de l'exercice d'évacuation d'une télécabine à Hasliber-Reuti, dans l'Oberland Bernois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.