[VIDÉO] Les «Yamakasi» virevoltent dans le vieux hangar à avion

LausanneLes adeptes de parkour disposent enfin d’une salle pour la pratique de leur sport, à la Blécherette. Ouverture samedi.

Vidéo: Fabien Grenon

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils doivent leur renommée au film de Luc Besson «Yamakasi» en 2001, racontant l’histoire de véritables funambules urbains se jouant des obstacles les plus spectaculaires à la seule force de leur corps. Eux, ce sont les adeptes de cette discipline nommée parkour. À Lausanne, après des années d’attente, ils peuvent désormais compter sur un endroit au sec pour la pratique de leur passion. Un ancien hangar à avion de la Blécherette vient tout juste d’être transformé en salle d’entraînement pour les «traceurs» de la place. Ouverture du Parkour Park ce samedi.

La capitale vaudoise ne découvre pas le parkour et ses adeptes aujourd’hui. Julien Mortier, le médiateur sportif de la Ville, suit les pratiquants depuis une dizaine d’années. «Je les observais saison après saison, puis l’automne et le froid arrivant, ils disparaissaient. Normal: avec le froid, le parkour en ville devenait trop dangereux.» C’est Julien Mortier qui leur a dégoté des salles de gym pour qu’ils poursuivent les entraînements quand la météo ne le permettait plus à l’extérieur. C’est lui qui les a accompagnés dans la création de leur association, X-Trem Move en 2009. C’est lui encore qui les a encadrés pour que leur rêve d’une salle entièrement dédiée au parkour devienne réalité.

Un spot comme en ville

Avec un budget de 17 000 francs, le vieux hangar à avions a donc été réhabilité. Il a fallu le remettre entièrement aux normes, changer son affectation et bien entendu, l’équiper pour la pratique du parkour. Julien Mortier: «Il y a pas mal de matériel de récupération, comme les tapis de gym ou les caissons.» Kevin Crupi est le président de l’association X-Trem Move. Il a 25 ans. Il nous fait visiter «son» domaine. À côté de l’accueil se trouve un tapis gonflable, sorte de trampoline mais en plus plat. «C’est là qu’on teste les figures ou les enchaînements, les run comme on les appelle, sans prendre le risque de se faire mal.» Au centre du hangar trône la pièce maîtresse du parkour indoor: un spot qui reproduit les obstacles qu’on pourrait rencontrer en ville. «On y enchaîne des mouvements sans devoir s’arrêter entre chaque saut. Cela nous permet d’être libres dans notre corps et dans notre esprit», ajoute son grand frère Dylan, 28 ans. Il y a encore des tubes, comme un échafaudage culminant tout de même à quatre mètres de hauteur mais réservé aux pratiquants majeurs et chevronnés, et un coin de musculation.

Des cours en septembre

Le parkour indoor ouvre donc ses portes ce samedi. Les installations sont ouvertes au public moyennant une entrée. «Les mineurs doivent venir accompagnés de leurs parents la première fois. On explique nos activités et on les fait signer une autorisation», explique Kevin Crupi. Il y aura toujours un membre de l’association pour «surveiller» les pratiquants. Pour les conseiller. «Le parkour, ce n’est pas plus dangereux que de marcher dans la rue. Il faut juste le pratiquer en conscience. Les casse-cou sont vite repérés et recadrés.» Des cours seront d’ailleurs proposés dès la rentrée de septembre.

Le parkour, tout récemment reconnu comme discipline officielle de la Fédération internationale de gymnastique, reste avant tout un plaisir. Avec ses valeurs. «C’est être libre de faire ce que tu veux faire», confie Kevin. Pour Bastien Perrod, autre membre de X-Trem Move, c’est «être et durer, respecter son corps, son outil.» Pour Dylan, c’est la communauté, le partage, l’amour de la discipline et l’échange.

Créé: 21.06.2018, 18h35

Parkour Park

Infos sur les horaires et les tarifs sur www.xtremmove.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.