Il y a vingt ans, Sévelin devenait le temple des «rollos» lausannois

LausanneLe skatepark HS36 de La Fièvre est né à une période où les ventes de rollers triplaient chaque année. Il fête ses 20 printemps ce week-end.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Diego Luppi a grandi sur des roulettes. A 9 ans, il découvrait émerveillé le skatepark flambant neuf de Sévelin. «On était une vingtaine, que des «rollos», à venir ici régulièrement», témoigne-t-il. Dix-huit ans plus tard, la «fièvre du roller» ne l’a pas quitté. Mais les 20 «rollos» ont laissé la place à «150 gamins quand il fait moche», observe celui qui est devenu l’un des cinq employés du lieu. Parmi eux (et elles, car 7% des visiteurs sont des filles), près de 60% chevauchent dorénavant une trottinette, contre 20% de rollers, la même part de skaters et quelques BMX.

Pour David Lenoir, coordinateur du HS36 depuis 2010 et rare «rollo» à avoir vécu de ce sport dans les années 1990, le constat est clair: «Le boom des trott freestyle en 2010 a sauvé le park. Du moment que les mamans et les grands-mamans se sont mises au roller, c’est devenu moins attrayant pour les jeunes…» C’est vrai qu’il est loin, le temps où les rues fourmillaient de «Diego» frondeurs, où chaque année les ventes de rollers «inline» triplaient et où l’argent des sponsors coulait à flots.

Revendications entendues

C’est à cette époque que le skatepark voyait le jour, né de la revendication de ces jeunes – réunis depuis 1991 dans l’association La Fièvre, qui gère encore le park et organise des événements de sports urbains. Ils s’entraînaient près du débarcadère, à Ouchy, puis grimpaient dans la Ficelle – interdite! – pour se payer une descente endiablée dans la circulation. Le même combat a vu l’autorisation des roulettes dans les transports publics, mais aussi la transformation de la Vallée de la Jeunesse en zone mixte piétons-roulettes. Et bien plus tard (2006), la création du bowl de Vidy.

Emmanuelle Bigot faisait partie des revendicateurs et de ceux qui ont porté le projet du HS36, l’un des plus grands skateparks couverts d’Europe à l’époque. «On avait besoin de ces infrastructures. Alors on a rédigé un dossier, à la main, avec des photos découpées et collées, et on l’a soumis à la Ville.» L’accueil fut d’une ouverture surprenante. Très vite, la halle de Sévelin – ses tables en bobines de fil électrique témoignent de son passé aux Services industriels – fut mise à disposition en 1993, pour une inauguration en mai 1996. «Sans l’aide des programmes d’occupation, on y serait encore», sourit Emmanuelle Bigot, qui a dirigé le park durant les dix premières années.

Avenir assuré

Du côté de la Ville, Oscar Tosato, municipal de la Jeunesse et de la Cohésion sociale, justifie encore aujourd’hui l’importance de ces installations et la subvention (336'000 francs ainsi que la mise à disposition du local) qui leur est allouée. «Dans cette ville de toutes les convoitises, mais aussi de tous les dangers, le skatepark et le bowl sont des endroits essentiels où des pros peuvent encadrer les jeunes qui s’adonnent aux sports urbains, leur donner des conseils de sécurité.» Le casque obligatoire – qui éconduit une grande partie des skaters, réfractaires – est par exemple une exigence de la Ville.

Le municipal assure aussi que le skatepark, qui a connu des heures difficiles au tournant de l’année 2010, n’a pas de soucis à se faire pour l’avenir. Le PPA de Sévelin, qui débutera en 2019, prévoit une place et un montant pour sa rénovation, «sous réserve qu’on découvre un autre endroit génial pour le faire», conclut celui qui laissera à son successeur, David Payot, le soin de choyer les futures générations de «Diego».

Créé: 28.05.2016, 14h10

Infos pratiques

20 ans du HS36
Aujourd’hui, 14h-18h, démonstrations tous sports; 20h-0h concerts de rock alternatif

En chiffres

14'000 C’est le nombre moyen d’entrées annuelles au skatepark HS36.
-16 80% des visiteurs (plus de 70% des membres) ont moins de 16 ans.
7% C’est la part de filles qui fréquentent le park. Pour celles qui sont membres, l’entrée est gratuite.
55% C’est la part de trottinettes à Sévelin. Rollers et skates représentent chacun 20%, les BMX 5%.
3,6 C’est le nombre d’équivalents plein-temps au skatepark.
336 En milliers de francs et par an, la subvention de la Ville de Lausanne pour le skatepark et le bowl de Vidy.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.