Passer au contenu principal

L’accueil du Concours de Bruxelles profite aux vins vaudois

La Suisse se classe au 5e rang des nations du concours mondial à Aigle, avec 172 médailles, dont une Grand Or obtenue à La Côte.

Jean-Daniel Coeytaux a repris l’exploitation familiale en 1994 pour vinifier et encaver au domaine.
Jean-Daniel Coeytaux a repris l’exploitation familiale en 1994 pour vinifier et encaver au domaine.
JONATHAN PICCARD

«Cent pour cent des gagnants ont tenté leur chance.» On pourrait appliquer ce slogan de la loterie aux vignerons suisses, et particulièrement vaudois. En accueillant à Aigle le Concours mondial de Bruxelles (qui est itinérant), les locaux de l’étape ont été encouragés à envoyer leurs échantillons au jury. Résultat: 172 médailles pour les vins suisses, soit trois fois le résultat de l’an dernier. Et 75 d’entre elles sont vaudoises.

----------

Edito:Les vins suisses peuvent enfin rêver

----------

Mieux encore: Jean-Daniel Coeytaux, vigneron de Yens-sur-Morges, est sacré révélation suisse avec son Chasselas grand cru 2018 (à 9 fr. 80), soit le meilleur résultat helvétique du concours. «Comme ça se passait pour une fois en Suisse, je me suis lancé alors que je fais peu de concours, explique le vigneron qui exploite six hectares de vignes à Yens, dont la moitié en chasselas. Je me demandais si mon vin n’était pas trop jeune mais je vois que non. Pour fêter ça, on a bu un verre, histoire de le redéguster, entre tous les coups de téléphone que je reçois ce lundi.»

Une Grande médaille d’or a également été décernée à trois autres crus vaudois, le Chenin blanc 2017 de Philippe Bovet, à Givrins; le Blanc fumé d’Ollon 2017 (chardonnay-pinot gris-sauvignon) et le Pinot noir barrique 2017 des Celliers du Chablais. En Valais, la Petite Arvine 2017 de Frédéric Zufferey, le Cornalin 2017 et la Petite Arvine 2017 des Rouvinez ont fait de même.

Sur les 54 médailles d’or (les 111 d’argent) suisses, 21 sont vaudoises (47 d’argent). Et le chasselas, pourtant peu connu à l’international, en a récolté trente.

Une certaine logique

Avec un total de 2724 récompenses sur les 9180 vins en compétition (29,7%), le Concours mondial de Bruxelles respecte les directives de l’Union internationale des œnologues, soit de ne pas dépasser 10% de vins parés d’or et 20% d’argent. La Suisse, avec ses 172 récompenses sur 600 candidats (28,7%), est elle aussi dans la norme. Avec la 5e place au rang des vins présentés par pays, la 5e place au classement des médailles suit ainsi une certaine logique.

Au niveau international, des révélations par catégorie ont été décernées. Le meilleur rouge est mexicain, le meilleur blanc et le meilleur rosé sont espagnols, alors que la crème des mousseux est… belge. Reste à savoir combien de vignerons suisses représenteront leurs champions l’an prochain au concours, qui aura lieu à Brno, en République tchèque.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.