La violence conjugale est plus souvent psychologique que physique

Les polices vaudoises ont enregistré 2342 infractions relevant de violence dans le couple en 2017. 59% sont d’ordre psychologique

Le canton de Vaud compte chaque jour 3 infractions relevant de violence conjugale. (photo d'illustration)

Le canton de Vaud compte chaque jour 3 infractions relevant de violence conjugale. (photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au total, 1115 personnes ont subi des violences dans leur couple en 2017 dans le canton de Vaud. Sur ce chiffre, 78% sont des femmes. Ces chiffres issus des statistiques policières ressortent de la dernière édition de «Numerus», le courrier statistique de l’État de Vaud. Au total, ces victimes ont subi 2342 infractions de violence, de la part de 1104 prévenus, dont 79% d’hommes. La violence psychologique représente 59% des cas, contre 38% pour la violence physique et 3% pour la violence sexuelle.

Au total, la police a enregistré 1066 cas de violence en une année. Cela signifie que parfois les deux conjoints sont victimes de violence. «Ces cas de violence mutuelle existent bel et bien», explique Carole Martin, cheffe de projet au sein de Statistique Vaud, le service cantonal de la statistique. «Il peut s’agir du cas où une épouse menace ou insulte son conjoint et que celui-ci répond par un acte une violence physique. Les deux peuvent porter plainte et on compte alors deux victimes.»

Trois cas de violence sur dix se produisent entre des ex-partenaires. Dans ces cas-là, logiquement, la proportion de violences physiques est plus faible que pour les conjoints encore en couple. «Les cas de violence psychologique entre anciens partenaires, c’est par exemple lorsque l’un suit sa victime constamment, se retrouve aux mêmes endroits, lui envoie des SMS sans cesse ou la harcèle», note Carole Martin.

Les cas de violence dans le couple représentent 36% des infractions violentes enregistrées par la police. Ce taux est de 50% pour les homicides et les contraintes sexuelles. Selon Carole Martin, l’ensemble de ces statistiques ne correspond pas à l’entière réalité de la violence conjugale. En effet ils ne reflètent que les affaires portées à la connaissance de la police. De plus, des infractions répétées peuvent parfois être regroupées dans une seule dénonciation.

Créé: 10.01.2019, 17h11

Articles en relation

Faut-il protéger malgré elles les victimes de violence conjugale?

Familles Après le drame d’Yverdon, l’avocate de la famille dénonce un dispositif trop faible. La nouvelle loi et l’action menée jusque-là par l’Etat et la Justice sont-elles suffisantes? Plus...

La loi sur la violence conjugale est bien partie

Grand Conseil Débat nourri sur les derniers articles de la loi avec la question de la confiscation des armes. La loi sera bientôt sous toit. Plus...

Pierre, l’un des rares maris violents prêts à se soigner

Violence conjugale Le canton de Vaud a fait de la lutte contre ce fléau une priorité. Inauguré cette année, le Centre Prévention de l’Ale à Lausanne aide les auteurs à sortir de cette spirale. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.