Passer au contenu principal

Des vols dans le train pour payer sa maison au Maroc

Un Lausannois d’origine marocaine à l’aide sociale a été dénoncé pour s’être enrichi en jouant les receleurs de butins de luxe.

Photo d'illustration
Photo d'illustration
Patrick Martin

Nom de code: «Capsule». Cette opération policière dirigée contre les voleurs dans les trains a permis de faire un peu de lumière en 2015 sur ce que deviennent ordinateurs, téléphones haut de gamme, tablettes, appareils de photos, montres et autres objets de luxe dérobés aux voyageurs distraits.

Si certains articles volés se négocient dans des boutiques de seconde main, il ressort de l’enquête que d’autres auraient passé les frontières par le truchement d’un homme qui en aurait tiré un bénéfice considérable en les revendant dans des commerces au Maroc. «Les gains provenant de son activité délictueuse lui auraient permis de s’enrichir considérablement et d’acquérir un ou plusieurs biens immobiliers au Maroc», retient le Tribunal cantonal. Il vient de refuser la mise en libération provisoire du Monsieur afin d’éviter de le voir se réfugier un peu vite dans sa famille au pays, où vivent son fils, sa mère, ses frères et où il détient plusieurs propriétés immobilières.

Ce citoyen suisse aux origines marocaines a été appréhendé en janvier 2016. Dénoncé pour escroquerie, recel par métier et blanchiment, il attend donc en prison son procès devant la Cour correctionnelle. Le recel par métier est à lui seul passible d’une peine de privation de liberté pouvant aller jusqu’à dix ans.

Il a été identifié par des contrôles téléphoniques et des écoutes directes qui ont intercepté des conversations avec ses fournisseurs. Une perquisition à son domicile a permis d’y découvrir une véritable caverne d’Ali Baba d’objets. Il a prétendu avoir acheté tout ça dans la rue pour les revendre au Maroc.

L’enquête a notamment montré que cela durait depuis 2009, que l’intéressé, officiellement sans activité lucrative, avait versé près de 85 000 francs sur un compte bancaire à son nom entre 2013 et 2015, alors que durant la même période il a reçu 35 400 francs de l’aide sociale.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.