Passer au contenu principal

Le vote sur le Centre de Congrès est bien annulé

Le Tribunal fédéral n’a été saisi d’aucun recours contre l’invalidation du scrutin de février. Le projet de rénovation est relancé.

Deux options s'offrent désormais à la Muncipalité: représenter le premier projet de rénovation en votation ou en soumettre un nouveau au Conseil communal.
Deux options s'offrent désormais à la Muncipalité: représenter le premier projet de rénovation en votation ou en soumettre un nouveau au Conseil communal.
Chantal Dervey

Déboutés par la Cour constitutionnelle, les opposants à l’annulation du vote sur le Centre de Congrès ne saisiront pas le Tribunal fédéral, selon une information de la RTS. Syndic de Montreux, Laurent Wehrli s’en réjouit, même s’il n’en a pas encore été formellement informé. «Nous pouvons désormais avancer!» «Ce n’est pas une surprise, ajoute Caleb Walther, municipal. Le Tribunal fédéral se prononce sur la forme. Or il est peu probable que la Cour constitutionnelle et le Conseil d’État ne l’aient pas respectée. Jusqu’ici, aucun opposant ne nous a d’ailleurs communiqué vouloir poursuivre la procédure.»

En août dernier, la Cour constitutionnelle avait confirmé l’invalidation de la votation du 10 février sur la rénovation du Centre de Congrès, validant la décision prise par le Conseil d’État en mars, qui avait fait l’objet de plusieurs recours. «Soit nous représentons le même projet en votation, soit nous soumettons un nouveau projet au Conseil communal, fruit du travail des groupes participatifs, poursuit Laurent Wehrli. Mais il s’agira toujours de répondre aux exigences sécuritaires. La Municipalité se prononcera sous peu.»

Le projet initial prévoyait un investissement de 87 millions de francs pour refondre le 2m2c, dont 27 millions à la charge de la Ville pour sa sécurisation. Après l’invalidation du scrutin de février, des groupes de travail ont siégé, intégrant les formations politiques, l’équipe de gestion du 2m2c ainsi que des groupements favorables et défavorables au projet. Cela pour fédérer les différentes sensibilités sur ce dossier. Quant aux recours, ils portaient sur les problèmes constatés avant le scrutin. Quelque 1397 électeurs étrangers n’avaient pas reçu leur matériel dans les délais, ce qui a pu avoir une influence décisive sur le résultat.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.