«Avant de vouloir sauver la planète, sauvez la Suisse»

UDCLes agrariens vaudois nomment leurs candidats pour les élections fédérales en espérant un cinquième siège au National. A droite, pas d'apparentement à l'horizon.

Jacques Nicolet (à g.) et Michaël Buffat (à dr.), les candidats au Conseil des Etats, entourent Oskar Freysinger, coordinateur de la campagne romande de l'UDC et Céline Amaudruz, vice-présidente du parti national.

Jacques Nicolet (à g.) et Michaël Buffat (à dr.), les candidats au Conseil des Etats, entourent Oskar Freysinger, coordinateur de la campagne romande de l'UDC et Céline Amaudruz, vice-présidente du parti national. Image: Cyril Zingaro/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dur, dur de faire campagne sur la souveraineté alors que tout le monde parle de climat cette année. Malgré tout, l'UDC Vaud veut y croire.

«Nous espérons gagner un cinquième siège cet automne au National», a déclaré le vice-président, Didier Fattebert, samedi à Villars-le-Terroir. Trois des élus actuels rempilent: Michaël Buffat, Jacques Nicolet et Jean-Pierre Grin. Alice Glauser a renoncé à briguer un nouveau mandat. Seize autres candidats figureront sur la liste pour la Chambre du peuple. Parmi lesquels les députés Philippe Jobin, Jean-François Thuillard, Pierre-Yves Rapaz, Pierre-André Pernoud et Yves Ravenel. Seule la candidature de Gabor Fonyodi n'a pas été approuvée par les délégués.

Pour les Etats, le parti présentera un ticket à deux candidats: Jacques Nicolet et Michaël Buffat. «Une candidature de combat», a précisé le premier, tandis que le second veut y croire: «Je veux aller dire à la candidate du PS (Ada Marra, ndlr) que, contrairement à ses déclarations, la Suisse existe», a-t-il martelé.

Cette pique s'inscrivait dans la tonalité d'un congrès tout entier centré sur les valeurs fondamentales du parti: liberté et souveraineté. Pas question de parler de climat: «Nous n'allons pas prendre un train qui risque de mettre en danger nos libertés», a déclaré le président de l'UDC suisse, Albert Rösti. Et de fustiger «ces populistes du climat qui manipulent une pauvre fille de Suède», ainsi que les Verts et les Vert'libéraux «qui veulent ouvrir les frontières et nous demandent d'arrêter de manger de la viande. Or produire et manger local, c'est écologique. Manger un morceau de viande, c'est mieux que d'importer du soja!»

«Les autres et nous»

Même refrain avec la vice-présidente du parti national, Céline Amaudruz: «Avant de vouloir sauver la planète, sauvez la Suisse», a-t-elle lancé. A contre-courant, l'UDC espère tout de même mettre la main sur le dix-neuvième siège qui reviendra cette année à la députation vaudoise au Conseil national.

«En fait il y a deux partis, les autres et nous», a expliqué Oskar Freysinger, coordinateur pour la campagne romande, dans un discours piquant: «A Berne j'avais proposé d'instaurer une journée de l'abeille, a-t-il rappelé. Tout le monde s'est moqué. Les rose-verts ne m'ont pas soutenu. Ils n'aiment pas les abeilles, probablement parce que les abeilles travaillent.»

Ces propos de l'ancien conseiller national sont erronés sur un point: sa motion, enterrée par le Conseil national le 17 septembre 2014, a été soutenue au vote par une majorité de Verts et de socialistes. C'est bien l'UDC et le PLR qui l'ont massivement rejetée.

Oskar Freysinger a promis une campagne qui «attaque». Et de conseiller aux militants de privilégier le contact direct avec les citoyens: «Rien ne vaut une poignée de mains». Le parti prévoit aussi une campagne téléphonique auprès des sympathisants.

Pas d'apparentement en vue

L'UDC n'a pas prévu à ce jour d'apparentement avec le reste de la droite. «Pour s'apparenter , il faut être deux», a déclaré laconiquement le président, Jacques Nicolet. «Tout reste ouvert et nous devrons en discuter dès la fin du mois», explique le président du PLR vaudois, Marc-Olivier Buffat, joint par téléphone. Jusqu'ici, les libéraux-radicaux attendaient officiellement que l'UDC Vaud «définisse sa stratégie». Un ticket à deux pour les Etats semble compromettre en tout cas une liste commune avec le conseiller aux Etats sortant Olivier Français (PLR).

«Le PLR hésite, car s'apparenter à un parti qui ne ferait que critiquer la politique européenne de leur conseiller fédéral Ignazio Cassis ne serait pas idéal», commente un stratège de droite.

Le PLR, qui a inscrit l'environnement parmi ses thèmes officiels de campagne, pourrait-il s'apparenter avec les Vert'libéraux? «Tout est ouvert chez nous aussi, indique François Pointet, président des Vert'libéraux vaudois. Mais du simple point de vue arithmétique, on sait qu'un apparentement avec un grand parti profite surtout à celui-ci».

Les écologistes de droite, qui ont désigné le ticket François Pointet et Isabelle Chevalley pour briguer les Etats pourraient plutôt reconduire l'apparentement avec l'Alliance du centre comme en 2011 et en 2015. Mais là aussi, les discussions sont ouvertes, sans accord pour l'instant.

A l'heure qu'il est, la droite vaudoise part divisée pour les fédérales.

Créé: 04.05.2019, 19h20

Articles en relation

L’abandon de l’UDC propulse Rebecca Ruiz au Château

Élection au Conseil d’État Coup de théâtre: le candidat UDC Pascal Dessauges renonce à se présenter au second tour et permet à la socialiste d’être élue tacitement. Plus...

L'électorat PLR chute et fait trébucher Dessauges

En chiffres Si les votants UDC restent stables sur les années, ceux du PLR tournent le dos à leur allié. Plus...

Pascal Dessauges se flatte d’être resté éloigné des dossiers chauds

Élection du 17 mars au Conseil d’État Le préfet s’est tenu dans l’ombre durant 13 ans, sans risque de fâcher ses alliés de droite. Il se veut constructif, sans critiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...