Le voyage controversé en Carélie était lié à un projet de l’EPFL

PolémiquePatrick Aebischer et des scientifiques lausannois étaient présents en 2015 à l’invitation et aux frais du milliardaire Frederik Paulsen.

Autour de Frederik Paulsen (cravate), Philippe Gillet, vice-président de l’EPFL (devant à droite), et Patrick Aebischer (derrière lui) assistent à une démonstration scientifique en Carélie. Absent de cette capture d’écran tirée d’un reportage télévisé, Pascal Broulis est assis quelques chaises plus loin.

Autour de Frederik Paulsen (cravate), Philippe Gillet, vice-président de l’EPFL (devant à droite), et Patrick Aebischer (derrière lui) assistent à une démonstration scientifique en Carélie. Absent de cette capture d’écran tirée d’un reportage télévisé, Pascal Broulis est assis quelques chaises plus loin. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On savait déjà que, le 16 mars 2015, les autorités de Carélie avaient reçu du beau monde dans la capitale, Petrozavodsk. Ce jour-là, Alexander Khudilainen, dirigeant de cette république russe située à la frontière avec la Finlande, accueillait entre autres le grand argentier vaudois Pascal Broulis, l’ancien conseiller fédéral Pascal Couchepin ou encore l’actuelle directrice de l’Office fédéral de la culture, Isabelle Chassot.

Mais aux côtés du milliardaire et propriétaire de la firme pharmaceutique Ferring Frederik Paulsen et de l’ancien journaliste Éric Hoesli ne figuraient pas que des politiques. Parmi les invités prestigieux se trouvaient aussi des représentants de l’École polytechnique fédérale de Lausanne: Patrick Aebischer, alors président de l’institution, Philippe Gillet, vice-président pour les affaires académiques, ainsi qu’un groupe de scientifiques lausannois. Comme il l’a expliqué dans nos colonnes le 6 octobre, Patrick Aebischer a effectué plusieurs périples avec Frederik Paulsen, qui a financé deux chaires et injecté près de 30 millions de francs dans des projets à l’EPFL. Selon lui, les frais de voyage des membres de l’École polytechnique étaient donc payés par le sponsor, qui est par ailleurs l’un des plus gros contribuables vaudois.

En Carélie, cela s’est fait par le biais de la Fondation pour l’étude des eaux du Léman (FEEL), qui finançait un projet scientifique russo-helvétique intitulé «La vie sous la glace», précise l’ex-président de l’École polytechnique. Présidée par Patrick Aebischer lui-même, cette fondation est sise à l’adresse du consulat honoraire de Russie à Lausanne, dont le consul général est Frederik Paulsen.

Sur la chaîne TV d’Etat

Un reportage tourné en mars 2015 par la chaîne étatique de télévision en continu Vesti (aujourd’hui Rossiya 24) montre la «délégation suisse» en discussion avec les officiels russes. Objet de la rencontre: la préservation des ressources en eau. Frederik Paulsen y explique qu’il souhaite créer «un pont», à travers la recherche et l’exploration. «C’est la première fois que nous venons en Carélie, mais pas la dernière. Nous espérons que les liens se développeront dans d’autres domaines, comme la culture ou le commerce», aurait ajouté le consul honoraire de Russie à Lausanne, selon un site d’information de Petrozavodsk. Alexander Khudilainen s’exprime également devant la caméra de Vesti, évoquant un projet de loi fédérale pour la préservation des lacs caréliens Onega et Ladoga. D’autres images montrent l’adjointe du directeur de l’Institut de limnologie de l’EPFL présentant les activités scientifiques devant une assemblée où l’on retrouve Pascal Broulis et ses compagnons de voyage.

Comme le confirme le service de presse de l’EPFL, des scientifiques, dont des Lausannois, avaient alors établi une base sur le lac Onega afin d’y prendre des mesures liées au réchauffement climatique. Un workshop a eu lieu sur place pendant le voyage. L’EPFL précise qu’elle n’était pas l’organisatrice du périple. Selon Patrick Aebischer, l’ensemble du projet était soutenu financièrement par la FEEL. Au conseil de cette fondation figurent également Frederik Paulsen, vice-président, Pascal Couchepin, Philippe Gillet ainsi qu’Elena Timtchenko, épouse du milliardaire Guennadi Timtchenko, cofondateur de la société de négoce pétrolier Gunvor.

Pour Patrick Aebischer, «il est normal qu’un sponsor désire observer l’avancée des recherches et rencontrer les équipes à ses frais». Des scientifiques de l’EPFL et d’autres universités suisses se sont rendus en Carélie à trois reprises dans le cadre du projet «La vie sous la glace», dont les résultats viennent d’être présentés lors d’une conférence internationale à Évian, ajoute l’ex-président.

Visiblement soucieuse de rompre avec certaines pratiques, l’EPFL veut aujourd’hui clarifier les règles en matière d’acceptation de cadeaux et de voyages à l’étranger par le biais d’une nouvelle directive, comme l’a révélé «24 heures».

Pas une visite officielle

Patrick Aebischer raconte avoir voyagé avec le groupe suisse. Ce dernier comprenait également François Longchamp, alors président du Conseil d’État genevois, Jean-Dominique Vassalli, ex-recteur de l’Université de Genève, ou encore l’ancien secrétaire d’État à la formation et à la recherche, Charles Kleiber. Selon Patrick Aebischer, la visite auprès des autorités de Carélie n’était pas une rencontre officielle mais un échange «de courtoisie» qui a eu lieu à l’invitation de ces dernières.

Des «investigations préliminaires» sont toujours en cours du côté de Ministère public au sujet de plusieurs séjours à l’étranger de Pascal Broulis et de la conseillère aux États Géraldine Savary. Ces derniers affirment qu’il s’agissait de voyages privés payés de leur poche. La plupart des participants ne s’expriment plus sur ces voyages en raison des investigations en cours.

Créé: 08.10.2018, 06h46

Articles en relation

L’EPFL définit ce qu’est un voyage «acceptable»

Directive L’école planche sur une directive précisant la nature des avantages et les cadeaux que les collaborateurs peuvent accepter. Les invitations à l’étranger sont aussi concernées Plus...

Côté russe, il s’agissait d’une «délégation suisse»

Voyages controversés En 2013 et 2015, Savary et Broulis sont présentés comme des «politiciens» ou des «délégués» sur des sites Web locaux. Plus...

Voyages de Broulis en Russie: il y aura enquête

Canton de Vaud Interpellé par des élus vaudois, le Procureur général du canton de Vaud considère que les voyages controversés du conseiller d'Etat doivent faire l'objet d'investigations. Plus...

Deux élues vaudoises s’expliquent sur leur voyage en Ukraine

Politique Rebecca Ruiz et Jacqueline de Quattro sont allées en Ukraine avec Frederik Paulsen. Elles assurent qu’il s’agissait d’un voyage officiel. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.