Passer au contenu principal

Yverdon est devenu le cœur des traditions suisses

Yodel, cor des Alpes et autres concentrés de «suissitude» ont envahi Yverdon et la Suisse romande ce week-end.

Les chœurs de yodleurs chantent à l'intérieur du temple.
Les chœurs de yodleurs chantent à l'intérieur du temple.
Chantal Dervey
La 29e Fête romande des yodleurs à Yverdon a eu lieu le 30 juin.
La 29e Fête romande des yodleurs à Yverdon a eu lieu le 30 juin.
Chantal Dervey
A l'intérieur du temple, les prestations sont suivies attentivement.
A l'intérieur du temple, les prestations sont suivies attentivement.
Chantal Dervey
1 / 18

Loin des alpages, en plein centre de la place Pestalozzi, les sons graves et apaisants d’une vingtaine de cors des Alpes résonnent au cœur d’Yverdon-les-Bains. Le temps d’un week-end, la cité thermale est devenue la capitale des traditions et du folklore suisses, en accueillant la 29e édition de la Fête romande des yodleurs. Au programme: du yodel bien sûr, mais aussi du cor des Alpes, de la lutte et l’emblématique lancer de drapeau. Un doux mélange de fierté, de patriotisme et d’humeur bon enfant.

Alors que les trois derniers rendez-vous ont eu lieu en territoire germanophone, cette 29e édition romande est l’une des rares à se dérouler en terre vaudoise, et surtout en ville. Un rassemblement populaire de grande envergure, qui a nécessité l’aide de plus de 700 bénévoles pour encadrer plus de 33'000 visiteurs, et les concurrents à 60% Alémaniques. Autrement dit, il y avait autant de curieux, de mordus avec un sac à dos et de dames en costume que d’habitants dans la deuxième ville du canton.

On a testé le lancer de drapeau:

Effervescence populaire

C’est aussi une véritable palette de couleurs qui égaie le centre historique: chemises edelweiss bleues, rouges ou blanches, coiffes noires brodées de fleurs colorées, tabliers traditionnels rayés de couleur pastel. «On aime participer à ces fêtes. Le yodel et le folklore, ce sont des morceaux de Suisse, il faut les préserver», témoigne une Haut-Valaisanne joviale, la cinquantaine, verre de rosé à la main, au milieu de sa chorale. «Le yodel n’est pas destiné qu’aux vieux, mais ça s’adresse à tous les âges», défend le président de l’Association romande des yodleurs, David Girod, qui tient à casser l’image d’un folklore réservé aux seniors alémaniques. «Il y a aussi des jeunes dans les groupes. D’ailleurs, la moyenne d’âge de notre club de cors des Alpes est proche de la trentaine.»

Midi, la fête bat son plein dans le marché du terroir. Malakoffs, raclettes et décis de chasselas s’accumulent, tandis que les chants traditionnels s’élèvent dans les bistrots et les cantines.

Perchés sur une table au milieu de la rue des Remparts, deux yodleurs entraînent la foule avec leur reprise de «La vie en rose». Une ambiance festive, qui ne manque pas de réjouir David Girod. «J’ai eu énormément de retours positifs, tant de la part des participants que des visiteurs, s’enthousiasme-t-il. La population a montré beaucoup d’intérêt. Le samedi, c’était une véritable explosion, on avait du mal à marcher dans les rues!»

À entendre les visiteurs, c’est effectivement un carton plein. «On a adoré, c’est magnifique! s’exclament deux sexagénaires en goguette. Le yodel est une musique unique car elle rassemble tout le monde.» Un père de famille est venu avec sa petite fille, parce que «les chants traditionnels, ça la calme».

Au-delà des convaincus, le grand raout populaire a attiré nombre de curieux. «Nous habitons juste à côté et nous voulions voir ce que c’était, explique une mère de famille. Mais c’est vraiment chaleureux!» Ce dont les cafés et autres pintes du centre, qui ont ouvert tout le week-end, ont largement profité. «Les gens sont venus chanter au bar jusqu’à 3 h du matin, nous avons été obligés de les mettre dehors», sourit un tenancier dans son T-shirt Harley-Davidson. «Typiquement suisse, enchaînent les vendeuses de caramels du marché. Du respect et de la politesse.»

La manifestation s’est conclue avec «l’un des plus grands cortèges qu’ait vu Yverdon», selon les organisateurs. Avec un accent vaudois: les chevaux des Milices vaudoises, les comités d’organisation et invités d’honneur, la fanfare yverdonnoise et des hordes d’écoliers déguisés en vaches ou en vignerons. Et, au milieu, nombre de lanceurs de drapeau romands.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.