Yves Ravenel lâche son dernier mandat politique

TrélexDécrié aussi dans sa commune, l’ex-président du Grand Conseil abandonne son poste de syndic.

Réception du Président du Grand conseil vaudois Yves Ravenel dans la commune de Trelex, mardi 3 septembre 2019.

Réception du Président du Grand conseil vaudois Yves Ravenel dans la commune de Trelex, mardi 3 septembre 2019. Image: JEAN-BERNARD SIEBER / ARC

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je quitte mon poste de syndic avec effet immédiat», annonçait Yves Ravenel à «24 heures», vendredi matin. «J’ai pris une semaine de réflexion et après trente ans de politique, c’est bon, je tourne la page, expliquait-il. Je vais me consacrer à ma santé, à mes proches et à ma vie de tous les jours.» Le 13 janvier, il avait démissionné de la présidence du Grand Conseil et de son mandat de député UDC après la révélation de sa condamnation pour menaces qualifiées et tentatives de menaces qualifiées envers sa future ex-épouse. Il n’a pas souhaité faire de commentaires sur l’abandon de son dernier mandat politique.

Des citoyens remontés

Car dans sa commune aussi, sa situation était devenue inconfortable. Face aux rumeurs nées de la lettre d’un corbeau et après la décision de justice, la Municipalité attendait sa séance de lundi prochain pour parler avec lui de son avenir à la tête de la commune. Or sa démission arrive le jour même où la presse locale, ainsi que les deux conseillères d’État Nuria Gorrite et Béatrice Métraux, ont reçu une lettre signée de «citoyennes et citoyens de Trélex» réclamant son départ, car «bon nombre d’habitants, d’élus communaux et municipaux savent parfaitement que M. Yves Ravenel a enfreint sciemment la loi alors même qu’il devrait être un exemple pour les citoyens de sa commune».

Remontant à l’époque où Yves Ravenel était encore municipal, l’affaire avait provoqué un certain malaise au sein de l’Exécutif de Trélex. Ayant construit il y a quelques années une villa à côté de celle de ses parents, il avait aménagé dans les deux bâtiments de trop grandes surfaces habitables par rapport aux possibilités offertes en lien avec une exploitation agricole. Les constructions hors zone à bâtir peuvent en effet admettre un logement pour la famille de l’exploitant, un autre pour des employés et un autre pour les parents à la retraite, mais seulement sur autorisation du Service du développement territorial (SDT), qui décide de la surface en fonction de la viabilité et de la taille de l’exploitation.

«Nous avions alerté le SDT et ce dernier avait fixé un délai pour régulariser la situation. Quand je suis parti, en juin 2016, le dossier était en cours», se rappelle l’ancien syndic de Trélex, Antonio Bilardo. «À la suite de notre intervention, les aménagements illicites avaient été remis en état et le permis d’habiter avait été délivré en juillet 2016», confirme Patrick Genoud, porte-parole du SDT.

Un vilain corbeau

Mais en mars 2019, la Municipalité de Trélex recevait la lettre d’un corbeau mécontent de savoir que la Commune devait payer 25000 francs pour la réception du futur président du Grand Conseil. Elle mentionnait que celui qui était devenu syndic était à nouveau en situation irrégulière, notamment en louant des locaux sous sa maison sans permis d’habiter, et qu’il existait une plainte pénale pour violence domestique.

«Ce dernier élément relevait de la sphère privée. Mais nous avons alerté la préfecture qui est intervenue parce que quelqu’un logeait chez le syndic dans un local non habitable», explique Pierre Hofmann, le doyen des municipaux. Jérôme Ravenel, qui assumait le gros de l’exploitation depuis que son père avait gravi les échelons de la politique, expliquait qu’ils avaient logé un temps un remplaçant car lui-même, souffrant de deux hernies discales, ne pouvait pas travailler. Municipale de l’Urbanisme, Évelyne Vogel confirme que M. Ravenel avait totalement régularisé la situation en avril dernier, bien avant son accession au perchoir du Grand Conseil.

En démissionnant avec effet immédiat, Yves Ravenel coupe court au pénible débat qui attendait les autorités communales.

Créé: 24.01.2020, 16h52

Articles en relation

«La violence avec laquelle il a agi m’a choquée»

Affaire Ravenel Cécile Ravenel, la future ex-femme du président du Grand Conseil, sort de son silence et détaille le harcèlement psychologique dont elle se dit victime. Interview. Plus...

«J’ai un genou à terre mais je ne suis pas mort»

Affaire Ravenel Le premier citoyen vaudois sort de son silence. Yves Ravenel pensait que sa condamnation pour menaces envers sa future ex-femme passerait inaperçue du public. Plus...

Comment le président du parlement a été condamné

Affaire Ravenel Yves Ravenel veut se montrer transparent. Il dévoile à «24 heures» sa condamnation pour menaces qualifiées et tentatives de menaces qualifiées envers sa femme. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.