Le dernier tonnelier romand se cherche un successeur

Saint-LégierFranz Hüsler craint que son métier ne disparaisse de la région quand il prendra sa retraite. Il a prévu une action pour sensibiliser le milieu vitivinicole.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«La tonnellerie c’est 10% de calcul et 90% de savoir-faire. Pour maîtriser ce métier, il faut se former durant 5 ans», résume Franz Hüsler (54 ans). Dernier artisan-tonnelier de Suisse romande, ce Schwytzois établi à Montreux ne voit pas de relève pointer à l’horizon.

Forte de ce constat, la société Volet SA à Saint-Légier – qui abrite la Tonnellerie Hüsler depuis 1995 – a décidé d’ouvrir ses portes aux vignerons, aux œnologues et aux intéressés, afin de les sensibiliser à cet art en péril. «Franz Hüsler sera à la retraite dans dix ans, précise Pierre Volet, son patron. La tonnellerie représente 70% de son temps de travail chez nous, qu’il complète par d’autres tâches pour parvenir à un plein-temps. Nous voulons lui trouver de nouveaux mandats dans son métier de prédilection, afin de lui permettre de former un successeur.»

Service après-vente
Cela fait 35 ans que Franz Hüsler perpétue le savoir-faire ancestral des tonneliers d’ici. Débarqué il y a trois décennies dans le canton de Vaud, le Montreusien a d’abord œuvré pour des producteurs de vin à Epesses et à Vevey, avant de se mettre à son compte puis d’être engagé chez Volet SA. Au sein de cette entreprise, il fabrique une vingtaine de tonneaux par année, des barriques et même des foudres ronds et ovales. L’artisan effectue aussi des travaux de réparation, contrôles d’étanchéité, remplacements de douves, de cerclage ou encore nettoyages extérieurs et intérieurs des fûts.

Président des oeonologues suisses, le Montreusien Daniel Dufaux estime que «le vin d’ici doit continuer à vivre aux côtés du bois», à une époque où la majorité des vignerons romands préfèrent les cuves inoxydables, d’une utilisation plus facile. «La période se prête particulièrement bien à relancer la tonnellerie dans la viticulture. Car les vignerons ne sont plus dans une période où il faut produire vite, comme ce fut le cas il y a quelques années. Et, surtout, les consommateurs réclament du vin élevé en fût. Or si produire du vin en barrique est un gage de qualité, cela réclame du temps. Profitons de le prendre!»

Franz Hüsler ouvre les portes de son atelier (route Industrielle 1 à Saint-Légier) le 9 mai à 16h.

Créé: 28.04.2014, 18h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.