Passer au contenu principal

Propulsion alternativeVéhicule électrique: Nissan dément discuter avec Apple

Le constructeur japonais a affirmé lundi ne pas négocier avec Apple au sujet d’un projet de véhicule électrique et autonome. Selon le «Financial Times», les discussions ont tourné court car le groupe américain aurait souhaité effacer la marque de son partenaire au profit de la sienne.

Pionnier des véhicules électriques, Nissan était l’un des noms qui circulaient le plus sur les marchés pour s’allier avec Apple.
Pionnier des véhicules électriques, Nissan était l’un des noms qui circulaient le plus sur les marchés pour s’allier avec Apple.
Keystone

Le japonais Nissan a démenti lundi être en discussions avec le géant technologique américain Apple, qui envisagerait de raviver son ancien projet de véhicule électrique et autonome, au grand dam de certains investisseurs à Tokyo qui espéraient un tel partenariat.

«Nous ne sommes pas en discussions avec Apple. Mais Nissan est toujours ouvert à explorer des collaborations et des partenariats pour accélérer la transformation industrielle», selon une déclaration du groupe transmise à l’AFP.

Pionnier des véhicules électriques avec la Leaf, s’apprêtant à lancer cette année son crossover électrique Ariya et disposant d’un système d’assistance à la conduite (ProPilot), Nissan était l’un des noms qui circulaient le plus sur les marchés pour s’allier avec Apple.

«Nous n’avons pas besoin d’Apple»

Les deux groupes s’étaient parlé récemment selon le «Financial Times», mais les négociations ont tourné court parce que le groupe américain aurait souhaité effacer la marque de son partenaire industriel au profit de la sienne.

«Quand vous faites un objet sous la marque Apple, vous donnez votre âme, et vos marges à Apple», a lancé une source proche de Nissan interrogée lundi par l’AFP. «Donner à Apple le meilleur de nous-mêmes, cela n’aurait aucun intérêt. Il faut le donner sous la marque Nissan», a ajouté cette source. «Nous n’avons pas besoin d’Apple pour vendre nos voitures».

Les investisseurs appréciaient toutefois moins cette fierté: le titre Nissan a fini en net repli lundi à la Bourse de Tokyo (-2,83% à 609,9 yens), à rebours d’un indice vedette Nikkei en pleine forme (+1,91% à 30’084,15 points).

Lundi dernier, le constructeur automobile sud-coréen Hyundai avait lui aussi démenti des informations de presse selon lesquelles sa filiale Kia était proche d’un accord avec Apple sur un projet commun de voiture électrique autonome.

ATS