Passer au contenu principal

Tourisme de l’après coronavirusVenise va devoir se réinventer

D’abord submergée par l’«acqua alta» puis abandonnée pour cause de coronavirus, la ville a déjà perdu un milliard d’euros et risque aujourd’hui l’effondrement.

La place Saint-Marc profite d’une étrange quiétude depuis le début du confinement en Italie. (Photo by MARCO SABADIN / AFP)
La place Saint-Marc profite d’une étrange quiétude depuis le début du confinement en Italie. (Photo by MARCO SABADIN / AFP)
AFP
Gondoles et gondoliers se sont tus. Un décor inhabituel. FABIO MUZZI
Gondoles et gondoliers se sont tus. Un décor inhabituel. FABIO MUZZI
keystone-sda.ch
Le pont Rialto, déserté, du jamais vu! MARCO SABADIN
Le pont Rialto, déserté, du jamais vu! MARCO SABADIN
AFP
1 / 4

Même les personnes âgées avaient oublié les bruits de Venise. Celui de l’eau qui clapote dans les rii. Du vent qui souffle dans les jardins secrets des résidences vénitiennes. Avant, il n’y avait que des mouettes et des colombes; aujourd’hui, on peut également entendre des mésanges siffloter entre les canaux immobiles. Ce sont les touristes qui ont créé le silence absolu. Un fracas indistinct qui a privé les Vénitiens des sonorités de leur ville. «Je redécouvre enfin à quel point cette ville est vaste», déclare Arrigo Cipriani. Le Bacino di San Marco, les ponti degli Schiavoni… Si avant, ils paraissaient étroits, ils révèlent aujourd’hui toute leur étendue. Cependant, le problème, ce n’est pas le vide. Une fois la pandémie terminée, il faudra rendre à Venise son esprit originel.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.