Paid Post

Diabète : quelles alternatives aux piqûres au bout du doigt ?

Pour la plupart des personnes souffrant de cette maladie, la mesure de la glycémie par le biais d'une piqûre au bout du doigt est un rituel douloureux et pénible. Mais il existe désormais d'autres solutions.

Oliver Deseö aime écouter de la bonne musique et pratiquer des sports intensifs tels que le hockey sur glace. Le lecteur FreeStyle Libre lui procure plus de liberté dans sa vie de tous les jours.

Oliver Deseö aime écouter de la bonne musique et pratiquer des sports intensifs tels que le hockey sur glace. Le lecteur FreeStyle Libre lui procure plus de liberté dans sa vie de tous les jours. Image: Abbott

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Matin, midi, soir, avant de le coucher et parfois même au cours de la nuit : les personnes souffrant de diabète, doivent non seulement s'injecter de l’insuline au moment des repas, mais aussi mesurer leur glycémie (c’est à dire leur taux de glucose) au moins quatre fois par jour. Actuellement, la méthode de mesure standard consiste en un auto-prélèvement d’une goutte de sang par une piqûre à l’extrémité du doigt.

Une sensation désagréable chez de nombreux intéressés. Oliver Deseö, 28 ans, ingénieur de projets originaire de Wil, atteint d'un diabète de type 1 depuis 13 ans se souvient ainsi de ces situations incompatibles avec ce type de mesure de glycémie : « Que ce soit en jouant au hockey sur glace, durant les cours magistraux ou en soirée, la situation ne se prêtait tout simplement pas à une piqûre au doigt et je me suis trouvé dans l'embarras. »

L'objectif thérapeutique principal dans le cas d'un diabète de type 1 est d’éviter des « fluctuations vers les extrêmes », à savoir une hyperglycémie ou une hypoglycémie. « Je me suis réjoui lorsque mon diabétologue m'a proposé d'essayer le système de mesure FreeStyle Libre, il y a trois ans. J’ai ainsi pu me débarrasser de ma frustration face aux mesures récurrentes et aux hypoglycémies. »

Comment fonctionne le système FreeStyle Libre?

L'utilisateur applique un capteur rond, étalonné à l'usine, de la taille d'une pièce de deux francs à l'arrière de la partie supérieure du bras, un petit filament étant alors inséré sous la peau. Ce capteur mesure le taux de glucose en continu et enregistre les valeurs. Il peut être porté pendant 14 jours consécutifs au maximum et il est étanche, si bien qu'il permet de se doucher et même de nager. Pour relever les données, le lecteur FreeStyle Libre ou un smartphone doté de l'application FreeStyle LibreLink App permettent de scanner le capteur ; le taux de glucose apparaît en temps réel sur l'écran. Par ailleurs, les fluctuations des valeurs de glucose des huit dernières heures s’affichent ainsi que la tendance quant à l’évolution du taux de glucose. L'utilisateur connait ainsi plus précisément le volume d'insuline à s'injecter. En outre, l'utilisateur peut aussi communiquer les valeurs au personnel soignant ou à des personnes de confiance via l'application LibreLinkUp, une fonctionnalité très utile pour les parents d’enfants atteints de diabète.

À qui s’adresse-ce système?

Vous êtes atteint de diabète de type 1 ou 2 et vous devez vous injecter de l'insuline à l’heure des repas? Votre spécialiste peut alors vous fournir une ordonnance ; les caisses d'assurance-maladie remboursent intégralement le système, sauf la quote-part de 10% et la franchise. Pour plus d'informations, consultez www.freestylelibre.ch.

Référence disponible sur demande. ADC-2019-CH-0341/mai 2019

Paid Post



Les Paid Posts sont rédigés par nos clients ou par le Commercial Publishing de Tamedia sur mandat. Ils ne font pas partie de l'offre rédactionnelle.