Paid Post

Une erreur qui a des conséquences

Un peu d’inattention, un peu de malchance – un accident est si vite arrivé. Et les accidents sont des affaires coûteuses. Par chance, la Suva maîtrise les coûts. C’est ce que démontre le cas de Christian P.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Agé de 33 ans, Christian P. travaille dans une entreprise d’horticulture. Il adore la nature et exerce son métier avec passion. Son employeur, chez qui il travaille depuis sept ans, l’apprécie.

1. L’accident

Par un matin frais de février, Christian P. ratiboise un pommier. Il taille habilement les branches avec une tronçonneuse pour favoriser la croissance de l’arbre au printemps. C’est là que se produit l’accident: «J’ai fait un pas en arrière et je n’ai pas vu le râteau par terre.» Il fait un faux pas, tombe et se blesse gravement au bras.

2. Les conséquences

Christian P. est emmené d’urgence à l’hôpital, où il est pris en charge pour sa blessure au bras. «Malheureusement, mes blessures étaient tellement graves que je n’ai pu rentrer chez moi qu’après plusieurs opérations.» Il faut encore qu’il patiente quelques semaines avant de reprendre le travail. «Le processus de guérison dure un certain temps mais la physiothérapie me permet d’améliorer continuellement la mobilité de mon bras.»

3. Les coûts

Les frais médicaux, accident du travail et thérapie inclus, se chiffrent à plus de 100'000 francs. «C’est beaucoup d’argent, mais par chance, je n’ai à me soucier de rien», affirme Christian P. La Suva s’en charge. Grâce à sa gestion des frais médicaux, les assurés peuvent non seulement compter sur des primes équitables, mais ils sont également à l’abri des dépenses. La Suva a ainsi remboursé plus de 240'000 factures en 2017. Près de 5% des frais médicaux ont ainsi pu être économisés.

4. La prévention

Pendant son séjour à l’hôpital, Christian P. a eu beaucoup de temps pour se demander comment il aurait pu éviter l’accident. Et il en parle aussi à son patron, qui lui rend souvent visite. «Nous sommes d’accord que la prévention des accidents sera un sujet important au sein de notre équipe à l’avenir.» Les faux pas et les chutes sont en effet les causes d’accidents les plus fréquentes en Suisse. Chaque année, plus de 60'000 personnes font un faux pas et ont un accident pendant le travail. Il s’agit là d’un accident du travail sur quatre. Le module de prévention «Faux pas/chutes» de la Suva permet d’éviter les accidents. Et l’entreprise en profite elle aussi. La prévention constitue le seul moyen d’éviter les souffrances et les dépenses liées à un accident du travail. La prévention des accidents a en outre un impact positif sur les primes malgré des dépenses de santé croissantes. En effet, si moins d’accidents se produisent, les coûts devant être pris en charge sont réduits, qu’il s’agisse d’une petite entreprise ou d’un grand groupe.

5. Le happy end

Dans son malheur, Christian P. a eu de la chance. «Ma blessure cicatrise bien et je serai bientôt de nouveau opérationnel. Je m’en réjouis, car travailler dans la nature me manque.» Il est content que tout se soit bien passé et que la Suva lui épargne les coûts de l’accident.

D’autres renseignements ainsi qu’un quiz passionnant sont disponibles sur suva.ch/maitrise-des-couts.

Paid Post


Les Paid Posts sont rédigés par nos clients ou par le Commercial Publishing sur mandat. Ils ne font pas partie de l'offre rédactionnelle.