Alcool, tabac... Tous addicts après le confinement?

CoronavirusEn situation de confinement, les stratégies d'adaptation au stress, comme le sport ou les sorties, n'existent plus. Les spécialistent redoutent donc la prise de substances.

Le risque notamment de tabagisme est attendu, même chez les gens ne souffrant pas d'addictions lourdes.

Le risque notamment de tabagisme est attendu, même chez les gens ne souffrant pas d'addictions lourdes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Encore un apéro-visio! Je vais finir alcoolique...»; «Au boulot je peux pas descendre fumer à la moindre contrariété, en télétravail je te dis pas!». Rigolards ou angoissés, les témoignages du genre se multiplient sur les réseaux sociaux. Alors, tous «accros», lorsque le confinement aura pris fin? Pas forcément, mais attention, répondent des spécialistes.

«Les liens entre les situations de stress traumatique et la consommation sont tout à fait établis. On répond avec les moyens du bord habituels, calmants, alcool, drogues récréatives», explique Philippe Batel, psychiatre et addictologue, chef du pôle addiction de Charente, dans le sud-ouest de la France.

De plus en plus de stress

«En situation de confinement, la plupart des stratégies d'adaptation au stress, comme le sport ou les sorties, n'existent plus. Mais il y a de plus en plus de stress. Et la stratégie d'adaptation qui existe toujours, c'est l'utilisation de substances», abonde Elsa Taschini, psychologue spécialisée et co-fondatrice de l'association Addict'Elles.

Le phénomène est donc attendu, même chez les gens ne souffrant pas d'addictions lourdes, et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) l'aborde dans ses recommandations pour «faire face au stress» pendant l'épidémie: «Ne cherchez pas à canaliser vos émotions en fumant, en buvant de l'alcool ou en consommant d'autres produits stupéfiants».

Certains pays ont pris des mesures radicales pour éviter les abus. L'Afrique du Sud va interdire dès vendredi toute vente d'alcool pendant sa période de confinement, tandis que Hong Kong a sommé les restaurants et les bars de ne plus en servir.

Cavistes

En France, c'est plutôt l'inverse: les débits de tabac -gros pourvoyeurs de taxes pour l'Etat- comme les cavistes peuvent rester ouverts au grand dam de certains alcoologues. Pour les fumeurs, dépendants à la nicotine, le problème est particulier.

«Quand on est enfermé, ce n'est pas le moment de se priver», relève le professeur Bertrand Dautzenberg, secrétaire général de l'Alliance contre le tabac. «Le mieux c'est de remplacer, mettre des patchs ou utiliser des substituts ou une cigarette électronique. Mais on peut aussi essayer de se dire: c'est un moment compliqué mais qu'est-ce que je peux faire de bien? Arrêter de fumer...»

«Il faut réussir à gérer cette question du craving » (envie irrésistible), souligne aussi Nathalie Latour, déléguée générale de la Fédération Addiction, une association de professionnels.

«On voit la multiplication des e-apéros , un besoin de convivialité, de décompression qui s'associe à la consommation d'alcool», poursuit cette spécialiste. Il faut donc «éviter de tomber dans le systématisme: convivialité égale alcool, stress égale alcool». Et plus le confinement durera, plus les effets négatifs risquent de se faire sentir, avertit Philippe Batel.

«La consommation répond à un délai d'attente : on se dit ça va m'apaiser, me permettre de mettre les choses à distance. Mais au fur et à mesure, il y a de moins en moins d'effet d'apaisement et le bénéfice attendu bascule de l'autre côté»: vers le caractère dépressif et anxiogène de la (sur-)consommation d'alcool.

Blague?

Pour Elsa Taschini, il y a comme un inconscient collectif de ces dangers, que traduit la multiplication des vidéos humoristiques sur les excès en confinement. «Si on en fait autant de blagues, c'est qu'en fait on sait que ce n'est pas vraiment une blague».

Elle aussi recommande de «faire un bilan» et de s'interroger sur la place qu'occupent pour chacun d'entre nous ces «modérateurs de stress pas comme les autres» par rapport à d'autres activités aux vertus apaisantes possibles en confinement: films, lecture ou animaux de compagnie, sans oublier la sexualité.

Reste la question des drogues «récréatives» et de ses millions d'adeptes pour lesquels la question de l'approvisionnement peut devenir délicat en temps de pandémie. «Si au début du confinement il n'y avait presque plus de dealers qui se déplaçaient, ils se sont réorganisés. Il faut commander la veille, en plus grosse quantité, mais ils ont repris les tournées», se rassure Thomas (le prénom a été changé), 24 ans, étudiant parisien. (afp/nxp)

Créé: 26.03.2020, 09h49

Articles en relation

Près de 10'000 cas de Covid-19 en Suisse

Coronavirus Le ministre de la santé Alain Berset a estimé ce mercredi que le pays s'approche du sommet de la courbe des contaminations. Il a rappelé l'importance des mesures pour lutter contre la pandémie. Plus...

La Suisse a rapatrié 560 Helvètes bloqués

Coronavirus Mardi et mercredi, plusieurs vols ont été affrétés pour rapatrier des Suisses coincés à l'étranger par le Covid-19. Plus...

Swisscom détectera les rassemblements illégaux

Coronavirus Suite aux mesures de sécurité liées au coronavirus, l'opérateur de téléphonie communiquera à l'OFSP les attroupements dans l'espace public grâce aux données provenant des cartes SIM. Plus...

Les loyers des magasins vont plonger, selon UBS

Suisse Les économistes de la banque suisse prévoient une baisse des loyers des surfaces commerciales au cours des prochains mois à cause de la pandémie de coronavirus. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.