«Chaque jour, je me demandais si mon bébé allait mourir»

FEMINAÀ 10 mois, Mahé est un survivant. Souffrant d’une maladie rare, le petit garçon a subi une transplantation de cellules souches. Après avoir traversé le pire, la famille biennoise reprend petit à petit son souffle. Sa maman, Laura, nous raconte.

«Je n'aurais jamais imaginé traverser des instants si durs et j'ignorais avoir de telles ressources en moi.»

«Je n'aurais jamais imaginé traverser des instants si durs et j'ignorais avoir de telles ressources en moi.» Image: Alessandra Leimer

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Je ne pensais pas forcément aller immédiatement consulter lorsqu’à deux mois et demi, Mahé a eu un pic de fièvre. Le temps que mon mari rentre à la maison pour s’occuper de Noâm et Lyas, les deux aînés, la température était déjà redescendue. Je n’étais pas inquiète, mais je me suis tout de même rendue aux urgences, pour être sûre que tout allait bien. Il était 19h lorsque nous sommes arrivés à l’hôpital, le sang et les urines ont alors été contrôlés.

Lorsque j’ai vu le médecin débarquer, j’ai su que quelque chose clochait. À 22h, nous étions dans l’ambulance, transférés d’urgence à Berne. Mon mari nous suivait en voiture. J’étais seule avec Mahé et ce trajet a été un calvaire: je ne savais absolument pas ce qu’il avait, je sentais juste que c’était très grave. Je n’osais plus le regarder, car je pensais vraiment qu’il allait mourir.

Une seconde hospitalisation à Zürich

Arrivés à Berne, d’autres tests ont été effectués et le diagnostic est tombé deux jours plus tard. Mahé souffrait d’une Lymphohistiocytose hémophagocytaire familiale, une maladie génétique rare touchant une naissance sur 50'000. Son système immunitaire était déficient: il s’emballe lors d’une infection banale et ne se calme pas, attaquant des cellules qui ne devraient pas l’être. Le foie et la rate étaient atteints, mais par chance le cerveau était intact. On nous a alors transférés à Zurich pour les traitements, un hôpital où exerce une spécialiste de la maladie.

Mahé a bien répondu à la thérapie, nous avons pu retourner à la maison un mois plus tard. Mais une fièvre a réactivé la maladie et mon fils a dû à nouveau être hospitalisé deux semaines après. Il a alors commencé une chimiothérapie. En parallèles, les démarches ont débuté pour lui trouver un donneur de cellules souches, car la transplantation est le seul moyen de guérir. Il est important que le donneur corresponde le mieux possible aux cellules du receveur: 5 personnes ont été recensées à travers le monde, dont un Allemand qui présentait les mêmes caractéristiques génétiques. Malheureusement, quelques jours avant la greffe, ce dernier n’a pas passé les ultimes tests médicaux.

Il ne bougeait plus, dormait non-stop et les médecins n’émettaient aucun diagnostic.

Le corps de Mahé était en condition optimale pour la greffe, le temps pressait: les cellules souches d’une Américaine ont alors été utilisées. Mahé a très bien géré la transfusion: on nous a annoncé que nous pourrions rentrer chez nous mi-septembre. Mais quelques jours avant le départ, tout est parti en cacahuète. Mahé vomissait, souffrait constamment. Son tube digestif, son foie et sa peau dépérissaient. Alors qu’il ne présentait aucun signe, son état de santé s’est dégradé extrêmement rapidement. Cela était dû à une grave complication redoutée appelée «greffe contre hôte»: les nouvelles cellules se battaient contre le corps de Mahé.

Il ne bougeait plus, dormait non-stop et les médecins n’émettaient aucun diagnostic. Les infirmières n’osaient plus croiser nos regards. C’était horrible: chaque jour, je me demandais s’il allait mourir. Et cela a duré un mois. Je ne reconnaissais plus mon bébé, si souriant habituellement. Le voir se forcer pour esquisser un geste aussi naturel était très impressionnant. Si j’ai survécu à cette épreuve, c’est grâce à mon mari. Nous avons vraiment formé une équipe très soudée durant ces longs jours placés sous le signe de l’attente. J’ai tout de suite compris que la situation était très critique, alors qu’il était dans le déni, il me rassurait constamment, scrutant les moindres signes d’amélioration. Il a subi un contrecoup par la suite, et c’est alors moi qui ai pu prendre le relais et le soutenir.

Quand les au revoirs sont toujours plus difficiles...

Cette épreuve a totalement bousculé notre organisation familiale. Désormais, je passe la semaine à Zurich, dans un studio, tandis que les frères de Mahé sont chez leurs grands-parents. Mon mari fait la navette entre les deux, jonglant en même temps avec un nouveau travail. On imaginait que cette situation serait temporaire, mais les semaines et les mois passent. Noâm et Lyas ne ressentent pas de jalousie envers leur petit frère, mais les au revoirs sont chaque dimanche plus difficiles. Ils s’accrochent à moi, c’est très dur à vivre. Je souffre de la douleur d’être ici et de celle de la séparation.

Durant la semaine, je me sens seule. La barrière de la langue n’aide pas à créer des contacts. Et moi qui suis de nature très sociable, j’ai de la peine à échanger. D’ailleurs, j’ai hâte que mes proches me parlent à nouveau. Ce n’est pas facile, car je me sens exclue, les gens ne me confient plus rien, car ils comparent leurs malheurs aux miens et se disent que je vis bien pire. Mais j’ai besoin de ces petits tracas, j’ai hâte qu’on m’en raconte à nouveau! Je suis fatiguée d’être seule face à moi-même, isolée à Zurich. Mais j’évite de broyer du noir et je profite de chaque instant auprès de mon bébé, qui a retrouvé son sourire et ne le quitte plus. Son état de santé ne cesse de s’améliorer.

Le pire, je l’ai déjà vécu, il ne me sert à rien de l’imaginer. Et je me répète la maxime de l’hôpital: «un jour après l’autre». Je me réjouis énormément de retrouver notre cocon familial, mais j’appréhende aussi le retour. Ici, on s’occupe de tout, j’ai peur de m’épuiser à la maison. Car les règles d’hygiène sont très strictes pour un bébé ayant été greffé. Alimentation, lessives, jouets, transports: tout doit être constamment nettoyé, désinfecté, évité. Pour une jeune famille comme la nôtre, les finances sont parfois un défi. Avec tous ces événements, déplacements, imprévus, congés (dont plus d’un mois en non payé), le budget familial a été bien chamboulé. De plus, une fille au pair est devenue indispensable pour nous épauler.

Des proches en or

Mais j’ai été bluffée par les élans de solidarité qui se sont spontanément organisés autour de nous. J’ai croisé bien des familles qui n’ont pas eu cette chance… Même le pharmacien des grands-parents et certains amis ont mis en place des collectes pour nous aider! Des organismes tels que l’ARFEC (Association romande des familles d’enfants atteints d’un cancer) nous ont aussi soutenus. Et surtout, nos proches qui nous entourent chaque jour ont grandement facilité notre quotidien. Sans eux, cela n’aurait jamais été possible.

Mon souhait? Médiatiser l’importance du don de cellules souches et de plaquettes. Pour être répertorié dans la base de données, il suffit de remplir un questionnaire en ligne et d’envoyer un échantillon de salive par la poste. Cet acte peut sauver des vies! Cette terrible épreuve m’a aussi ouvert les yeux sur le don du sang. Au cours de ses mois d’hospitalisation, Mahé a dû subir une trentaine de transfusions. Sans cela, il n’aurait jamais pu survivre.

Cela aurait pu totalement détruire mon couple. Mais au contraire, je pense que ça l’a renforcé, nous sommes plus soudés que jamais.

En repensant à l’année qui s’est écoulée, j’ai de la peine pour mon bébé. Il soufflera sa première bougie en janvier. Il aurait dû découvrir tellement de choses… et il n’a rien vu, mis à part les quatre murs de sa bulle à l’hôpital. Pendant un certain temps encore, il n’aura pas le droit d’être sur le sol, de toucher la neige ou les arbres, pas le droit d’être en contact avec la nature ou d’autres enfants. Je devrai également tirer temporairement un trait sur ma vie d’avant, moi qui adorais aller aux commissions, emmener mes fils dans des places de jeux et rencontrer des amies.

Je n’aurais jamais imaginé devoir traverser de si durs instants. Cela aurait pu totalement détruire mon couple. Mais au contraire, je pense que ça l’a renforcé, nous sommes plus soudés que jamais. J’ignorais avoir de telles ressources en moi. Je suis même devenue experte en termes médicaux allemands! Et j’ai appris à me connaître davantage, à savoir de quoi j’étais capable à travers ces situations critiques. Selon moi, chaque personne a des capacités au fond d’elle pour rebondir, il faut croire en soi et, toujours, garder confiance en la vie.

Créé: 17.12.2019, 14h31

Articles en relation

«Inspirée par les Vikings, je vis proche de la nature»

FEMINA Parisienne et Bretonne d'origine, Marion s'est installée en Valais par amour et pour y vivre une vie plus authentique, au rythme des saisons, à la façon des communautés nordiques du Xe siècle. Plus...

«Mon robot a gagné un prix international»

FEMINA Conçu à 18 ans dans le cadre de son travail de maturité, le robot d’Océane Patiny s’est révélé être une véritable bête de concours. Il cumule les prix d’innovation en Suisse et à l’étranger. Plus...

«Je fais danser les malvoyants»

FEMINA Après une carrière de danseuse qui l'a menée chez Maurice Béjart, Lucy enseigne sa passion, notamment aux aveugles, qu'elle emmène sur scène. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...