Pas de «sexe neutre» pour l'état civil

FranceUn homme né «sans pénis ni vagin» doit choisir obligatoirement un sexe, selon une décision de la justice.

Image: Archives/Photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un intersexe français s'est vu refuser jeudi par la plus haute juridiction française que la mention «sexe neutre», qui n'est pas permise dans la loi, figure sur son état civil.

«La dualité des énonciations relatives au sexe dans les actes de l'état civil poursuit un but légitime en ce qu'elle est nécessaire à l'organisation sociale et juridique, dont elle constitue un élément fondateur», a notamment justifié la Cour dans sa décision.

La reconnaissance par le juge d'un «sexe neutre», que «ne permet pas la loi française», aurait en outre «des répercussions profondes sur les règles du droit français», construites à partir de la binarité des sexes, et impliquerait «de nombreuses modifications législatives», a argué la plus haute juridiction française, qui a rejeté le pourvoi.

«Ni homme, ni femme»

La requête du plaignant, un psychothérapeute de 65 ans vivant dans l'est de la France, avait été acceptée en août 2015 par un juge des affaires familiales de Tours (centre), sa ville de naissance, puis rejetée en mars 2016 par la cour d'appel d'Orléans, qui avait alors craint de «reconnaître, sous couvert d'une simple rectification d'état civil, l'existence d'une autre catégorie sexuelle».

«Quand je me regarde nu dans un miroir, le matin ou le soir, je vois bien que je n'appartiens pas au monde des hommes ni à celui des femmes», avait expliqué à l'AFP avant l'audience devant la Cour de cassation Gaëtan, un prénom d'emprunt, qui veut simplement «que soit reconnu» ce qu'il est «depuis la naissance».

«Gaëtan n'est ni homme, ni femme. Il ne se sent ni homme, ni femme. Il ne peut devenir ni homme, ni femme. Et il ne veut devenir ni homme, ni femme», avait assuré son avocat Bertrand Périer.

«Pas disproportionnée»

Gaëtan s'est marié à 42 ans puis a adopté avec sa femme un enfant. Le plaignant a, «aux yeux des tiers, l'apparence et le comportement social d'une personne de sexe masculin», conformément à l'indication portée dans son acte de naissance, a noté la Cour.

L'atteinte au respect de sa vie privée n'est dès lors «pas disproportionnée», a-t-elle jugé. Plusieurs pays dont l'Allemagne (2013), la première en Europe, l'Australie (2014) ainsi que le Népal ont reconnu un troisième sexe ou genre, encore appelé sexe neutre ou intersexe, ni masculin ni féminin.

La France a été condamnée à trois reprises en 2016 par l'ONU, notamment par son Comité contre la torture, pour des opérations faites sur des enfants afin de leur attribuer un sexe masculin ou féminin. (afp/nxp)

Créé: 04.05.2017, 15h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...