Poids idéal, une vigilance à vie

FEMINAMaintenir la perte de poids chèrement obtenue est possible. Explications.

«Il y a une injonction à être dans un poids médicalement acceptable. Toutefois, le poids doit avant tout être ciblé pour soi, ce qui ne correspond pas forcément à celui dont on rêve. Il doit être celui dans lequel le corps va marcher de manière idéale et la tête être en paix.» explique Laurence Haurat, psychologue nutritionniste.

«Il y a une injonction à être dans un poids médicalement acceptable. Toutefois, le poids doit avant tout être ciblé pour soi, ce qui ne correspond pas forcément à celui dont on rêve. Il doit être celui dans lequel le corps va marcher de manière idéale et la tête être en paix.» explique Laurence Haurat, psychologue nutritionniste. Image: Thought Catalog

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis mes 30 ans, j’enchaîne les régimes, je perds du poids, je jubile et, à chaque fois que je crois atteindre une pseudo-stabilisation, je reprends encore plus de kilos qu’avant», raconte Nathalie, quinquagénaire désabusée qui a fini par faire une croix sur la silhouette dont elle rêvait. Celles et ceux qui luttent contre les kilos en trop sans jamais réussir à maintenir un poids stable connaissent bien cet écueil.

Pourtant certains y arrivent. C’est ce message d’espoir que veut faire passer Maaike Kruseman, professeure associée à la filière nutrition et diététique de la Haute École de santé de Genève dans son livre, «Changer de poids», c’est changer de vie (Éd. Planète Santé, début mars): «Le plus grand malentendu autour de la thématique du maintien de la perte de poids, c’est que tout régime amaigrissant est voué à l’échec. Ce message est décourageant et stigmatisant.»

Pour comprendre comment certains y arrivent, la spécialiste a cherché à identifier les stratégies de ceux qu’elle appelle les VEP, les vainqueurs de l’excès de poids, soit des personnes initialement en surpoids ou souffrant d’obésité, qui ont perdu volontairement au moins 10% de leurs kilos et qui ont maintenu cette perte durant au moins un an. «La réussite du maintien de la perte de poids est beaucoup plus fréquente qu’on ne le pense. Ce n’est pas un mythe. Une étude allemande menée dans la population générale, c’est-à-dire des gens ne consultant pas forcément pour ces problèmes, montre qu’il y a environ 30% de maintien de perte de poids.»

À chacun ses stratégies

Premier constat, les façons d’y arriver ne sont pas les mêmes que pour un régime. «La collection de stratégies proposées aux lecteurs s’appuie sur notre propre recherche, et aussi sur d’autres études scientifiques publiées. Les VEP que nous avons rencontrés avaient perdu en moyenne 25 kilos et maintenaient leur poids depuis près de quatre ans. Chacun doit identifier ce qui lui convient le mieux. Le plus important est de choisir des stratégies tenables», explique Maaike Kruseman.

Parmi les 17 stratégies proposées, on trouve notamment la structure des prises alimentaires, qui peut varier de deux à cinq par jour pour les VEP. «Il y a une énorme variabilité individuelle, et c’est à chacun de trouver son rythme, mais ce qui est certain, c’est qu’il faut arrêter de manger tout le temps. Beaucoup de personnes en lutte avec leur poids ont tendance à avoir peur d’avoir faim, alors elles s’entourent de nourriture», souligne Maaike Kruseman. Faire la paix avec la faim, ranger sa cuisine, bouger, se pardonner et… se peser. Ce qui s’apprend. «Je me pèse tous les cinq jours et, dès que je dépasse le seuil fatidique, et psychologique, que je me suis fixé à 65 kilos, je corrige», raconte Eva, quadragénaire qui tente de maintenir son poids et pour qui la balance est indispensable.

«Certains VEP arrêtent de se peser dès que le poids monte, ils préfèrent fermer les yeux. [...] D’autres vont réagir trop drastiquement, comme s’ils donnaient un coup de volant terrible, et se privent.»

Pour Sophie, en revanche, sa contemporaine, elle est à fuir: «Je l’évite tant que je peux. Je me pèse une fois par mois et, à chaque fois, j’ai la trouille.» Le rapport au pèse-personne nécessite en effet un mode d’emploi, souligne Maaike Kruseman: «En fonction du poids sur la balance, il y a une réaction plus ou moins véhémente à avoir. Certains VEP arrêtent de se peser dès que le poids monte, ils préfèrent fermer les yeux, car pour eux prendre un kilo est comme d’en prendre vingt. D’autres vont réagir trop drastiquement, comme s’ils donnaient un coup de volant terrible, et se privent. La correction adéquate serait de relier sa prise pondérale à un événement, un changement de rythme par exemple. En se pesant une fois par semaine, on peut le faire assez facilement.» Tout en gardant en tête que la perte de poids n’amène pas forcément à la minceur.

S’adapter pas à pas

Un constat que partage Laurence Haurat, psychologue nutritionniste, auteure d’«Et si vous trouviez (enfin) votre poids idéal» (Éd. Eyrolles): «Il y a une injonction à être dans un poids médicalement acceptable. Toutefois, le poids doit avant tout être ciblé pour soi, ce qui ne correspond pas forcément à celui dont on rêve. Il doit être celui dans lequel le corps va marcher de manière idéale et la tête être en paix. Il faut renoncer à certains schémas, accepter ce qu’on est physiquement, partir de ce qu’on est au lieu d’être déçu de soi parce qu’on n’a pas réussi à avoir le corps qu’on idéalisait.»

Ça s’accompagne d’un véritable travail sur la place accordée à l’alimentation et la mise en place des stratégies qui vont avec. «Il s’agit d’adapter ce qu’on mange pas à pas, en le coordonnant à ses besoins. C’est l’approche que je défends et celle qui me paraît être la plus durable possible. On ne s’en sort pas, sinon. Devenir un mangeur apaisé est la démarche d’une vie, conclut Laurence Haurat. On peut perdre du poids avec tous les régimes: pauvres en hydrate de carbone, pauvres en graisse, équilibré, dissocié… on a publié beaucoup d’études aux résultats similaires sur ce point.»

Conquérir l’insouciance

En revanche, ce qui est différent, c’est la reprise de kilos ensuite, car «c’est la vigilance qui fait le succès du maintien de la perte de poids», explique le professeur Alain Golay, endocrinologue diabétologue, spécialiste de l’obésité aux HUG, et auteur de nombreux livres sur le sujet, dont «Maigrir durablement, c’est possible!» (Éd. Vigot). Cette vigilance à vie, les VEP la connaissent bien. «C’est superdur, ils sont tout le temps en train de se restreindre. Alors que dans notre étude les personnes qui ont un poids stable toute leur vie n’y pensent pas trop.»

«Toutefois, avec le temps ça devient plus facile, comme si un nouveau câblage se mettait en place. Certaines études disent une année, moi je dirai deux à trois ans. C’est quand de nouvelles habitudes alimentaires et de mode de vie sont créées que la routine peut s’installer», décode Maaike Kruseman. Lors de ses consultations spécialisées dans le traitement de l’obésité, le professeur Golay articule, quant à lui, le chiffre de cinq ans pour parler de rémission: «Il s’agit d’une maladie chronique qu’on doit traiter. On a pris 50 patients qui avaient perdu plus de 15 kilos, en suivant les moyens qu’ils avaient pour maintenir leur poids. Après cinq ans d’équilibre, c’était devenu une routine et ils sont redevenus insouciants.»

Toutefois, un paramètre supplémentaire complique le maintien de la perte de poids, comme le souligne Maaike Kruseman: «On a autour de nous de la nourriture facile à manger en toutes circonstances, machinalement et lorsqu’on pense à autre chose, c’est plus difficile de réguler ses apports alimentaires. Dans cet environnement-là, quand on est hypervulnérable à la nourriture, s’en est fini de l’insouciance alimentaire.» Une vigilance à vie pour maintenir son poids qui rime donc avec stratégie.

Créé: 18.03.2020, 12h12

Maaike Kruseman, Diététicienne, docteure en sciences de la vie et professeure à la Haute École de santé de Genève (HEdS) (Image: DR)

Articles en relation

Alimentation des enfants: Si on se faisait confiance?

FEMINA Bien nourrir ses enfants sans que ça vire au cauchemar? La clé serait de partager la responsabilité en famille. Plus...

Être végane tout en restant épicurien

BILAN Désormais il est facile de se faire plaisir sans consommer de produits d'origine animale. Surfant sur une tendance forte, de nombreuses initiatives émergent dans toute la Suisse. Plus...

Consommer moins pour vivre mieux

FEMINA Pour notre bien, celui de la planète et de notre porte-monnaie, on nous encourage vivement à consommer moins. Pas si simple à réaliser au quotidien. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.