Passer au contenu principal

Le choix radical d’Angelina Jolie a brisé un tabou

Pour prévenir le cancer, la star s’est fait enlever les seins en 2013, puis les ovaires en mars dernier. Son geste a dopé les consultations génétiques, et incité des femmes comme Lætitia Mendes à témoigner.

Angelina Jolie a subi une ablation préventive des seins en 2013. Elle a fait de même avec les ovaires il y a quelques semaines.
Angelina Jolie a subi une ablation préventive des seins en 2013. Elle a fait de même avec les ovaires il y a quelques semaines.
GETTY

En 2004, Lætitia Mendes découvre qu’elle est porteuse de la mutation génétique BRCA2, qui prédispose au cancer du sein et des ovaires. Elle devient deux ans et demi plus tard, à 26 ans, la première femme en France à subir une ablation préventive des seins. Pendant huit ans, elle n’en parlera pas. Sauf à des proches. Puis, le 14 mai 2013, elle découvre comme le monde entier la confession d’Angelina Jolie. Dans une lettre ouverte intitulée «Mon choix médical», l’actrice alors âgée de 37 ans dévoile que, se sachant porteuse du gène BRCA1 – exposant à des risques de cancer encore plus élevés que BRCA2 –, elle a subi une double mastectomie préventive. Il y a quelques semaines, elle a annoncé avoir poursuivi avec l’ablation des ovaires.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.