Un dernier hommage en images

Post mortemLa Lausannoise Virginie Rebetez veut remettre au goût du jour la photographie funéraire. Elle expliquera sa démarche lors du Toussaint’S Festival à Lausanne.

Image: Virginie Rebetez / www.ledernierportrait.ch

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En noir et blanc ou en sépia, les gisants endimanchés ont l’air paisible. Dans son atelier, l’artiste Virginie Rebetez nous a prêté un livre qui présente des archives d’images post mortem. «C’est cette sérénité qui me touche», explique la Lausannoise, qui depuis peu propose ses services en tant que photographe funéraire. Un peu comme lors d’un mariage, elle se met à la disposition des endeuillés qui souhaiteraient immortaliser la cérémonie, le défunt ou le thé qui clôt le rite.

Les tarifs varient en fonction de ce que l’on veut, de 730 francs pour un portrait encadré et tiré sur un papier photographique professionnel, à 1325 francs pour un livre-album réunissant images, poèmes, biographie, etc. «Je distingue cette nouvelle activité de photographe funéraire de mon travail d’artiste, puisque je répondrai à des commandes de clients», précise-t-elle.

Se réconcilier avec la mort

Scènes de crime, cadavres non identifiés, natures mortes réalisées à partir des derniers vêtements portés par les défunts: l’artiste s’est passablement intéressée à la mort dans ses projets personnels. «Plutôt à l’absence. Au cœur de mon travail se trouve toujours l’idée d’un hommage, d’un rituel et d’un dernier portrait.» La diplômée de l’École de photographie de Vevey et de l’académie Gerrit Rietveld, à Amsterdam, considère le rite ancien de la photographie post mortem comme un geste thérapeutique.

«Je pense que c’est important qu’on se réconcilie avec la mort, et surtout avec le corps mort. On le voit dans les affaires de personnes portées disparues ou dans les crashs d’avion: quand les corps ne sont pas retrouvés, les survivants n’arrivent pas à y croire et sont dans l’incapacité de prendre congé de leurs défunts. Voir, toucher, c’est rendre la mort réelle.»

«La photographie funéraire est vieille comme le monde, rappelle la spécialiste du deuil Alix Burnand Noble. Ça s’est beaucoup fait. Quand un enfant venait à mourir, on le mettait même au milieu d’autres gamins pour l’immortaliser une dernière fois.» Une pratique devenue taboue sous nos latitudes. «Aujourd’hui, le corps fait peur, on ne veut plus voir.» Les Vaudois sont du reste 85% à choisir l’incinération. «La Suisse détient même le record du pays au taux de crémation le plus élevé au monde, juste derrière le Japon, où cette technique funéraire est utilisée pour des raisons religieuses, nous apprend la thanatologue. C’est dire à quel point on ne supporte pas l’idée d’une dépouille physique.»

Une aide au deuil

Virginie Rebetez propose non seulement de photographier le défunt et ses funérailles, mais aussi les rituels qui précèdent la cérémonie. Ce qui selon elle contribuerait aussi au processus de deuil. «On prépare le corps, on lui apporte des soins, on l’habille, on met des fleurs, on rend un dernier hommage.»

Pour le moment, la Lausannoise n’a immortalisé qu’un seul mort. «Il s’agissait du père d’une amie qui est elle-même thanatopractrice. Il a eu un cancer et, de son vivant, il m’avait autorisé à le faire. C’était donc tout à fait normal que je le prenne en photo dans son cercueil. Et c’est en quelque sorte grâce à lui que je peux lancer aujourd’hui ce service de photographie funéraire.»

Virginie Rebetez ne veut pas démarcher elle-même les familles en deuil. Elle cherche à travailler avec des sociétés de pompes funèbres pour qu’elles proposent ses services en tant que photographe funéraire, au même titre que ceux d’un fleuriste, par exemple. Plusieurs rendez-vous sont prévus pour en discuter.

«Je suis convaincue que ça peut intéresser les gens. J’ai été étonnée, en en parlant autour de moi, du nombre de personnes qui m’ont dit qu’ils regrettaient de ne pas l’avoir su plus tôt et qu’ils auraient aimé le faire pour un proche.»

Créé: 01.11.2019, 06h45

Infos pratiques

Toussaint’S Festival 2019

Du 31 octobre au 3 novembre 2019

www.toussaints-festival.ch

www.ledernierportrait.ch

Articles en relation

Parler de la mort et lui redonner sa juste place

Portrait Spécialiste des rituels de deuil, séparation et perte, Alix Burnand Noble coorganise le Toussaint’S Festival à Lausanne. Plus...

À Halloween, j'éteins les lumières

Billet d'humeur Si Halloween souvent emplit de joie petits et grands, d'autres ne partagent guère cet enthousiasme. Plus...

Citrouilles et morts-vivants vont faire frissonner le canton

Famille Halloween se fête de Gland à Vallorbe tout le week-end. Tour d’horizon des manifestations pour petits et grands. Plus...

Tout savoir sur Halloween en 5 points

La célèbre fête de la veille de la Toussaint revient hanter la Suisse et ses voisins. Retour sur les origines de Halloween, sans oublier les déguisements, les bonbons et les citrouilles... Plus...

Halloween affole de nouveau les consommateurs

Consommation Depuis quelques années, la Fête des morts a repris possession des rayons des magasins. Son commerce est plus efficace que jamais en Suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.