Passer au contenu principal

Esther et son chien Chhay recherchent les personnes disparues

Depuis toute petite, Esther a cette «envie de sauver». Aujourd’hui, grâce au flair de son chien, elle aide à retrouver ceux qui disparaissent. Témoignage.

La plus belle chose qui peut arriver, c’est quand un proche de la personne disparue peut la serrer dans ses bras ou quand elle apprend simplement que l’autre a été retrouvé et qu’il est en sécurité. Cette lueur dans les yeux des gens, ça n’a pas de prix et cela me motive à continuer.
La plus belle chose qui peut arriver, c’est quand un proche de la personne disparue peut la serrer dans ses bras ou quand elle apprend simplement que l’autre a été retrouvé et qu’il est en sécurité. Cette lueur dans les yeux des gens, ça n’a pas de prix et cela me motive à continuer.
Zoé Jubin

J’ai toujours vécu entourée d’animaux. Mon père a eu des bergers allemands, par exemple. Toutefois, quand nous avons déménagé, ça n’a plus été possible. Je me rappelle encore ma tristesse, petite, de ne pas avoir de chien autour de moi.

J’ai grandi, j’ai commencé à travailler. Pour moi, c’était clair qu’en ayant un emploi à 100%, il était exclu d’avoir un chien, car il faut du temps pour s’en occuper. Tout a commencé à mes 30 ans. Une amie avait une femelle labrador qui attendait des petits. Je lui ai dit: «S’il y a dans la portée un mâle jaune, il est pour moi», parce que c’était mon rêve depuis toute petite.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.