L’extase selon Rocco Siffredi

ExtasiaLa star du porno est l’invitée de prestige du salon érotique Extasia ce week-end à Genève. Entretien.

L’acteur Rocco Siffredi s’exprime aussi beaucoup avec ses mains, et pas seulement pour indiquer la taille du poisson.

L’acteur Rocco Siffredi s’exprime aussi beaucoup avec ses mains, et pas seulement pour indiquer la taille du poisson. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Rares sont les acteurs de l’industrie pornographique à profiter d’une notoriété extérieure au champ (assez large, il est vrai) de leur compétence. Depuis une vingtaine d’années, Rocco Siffredi, 51 ans, peut se targuer d’être devenu l’emblème de sa profession, l’un des seuls «hardeurs» à avoir exercé pour le cinéma d’auteur – chez Catherine Breillat. Le nom d’artiste de «l’étalon italien», créé à partir d’un personnage incarné par Delon (Roch Siffredi, de Borsalino), est même devenu le synonyme d’attributs naturels généreux.

Pas étonnant de voir la star en tête de gondole au salon érotique Extasia de Genève ce week-end, où elle signera sagement des autographes pour ses fans. «C’est toujours un plaisir de les rencontrer, je les respecte même plus que mes producteurs, assure la star au téléphone. C’est grâce à eux que je suis là où je suis – et surtout qui je suis.» La reconnaissance d’un petit gars des Abruzzes qui a toujours tendu vers ce but. «A 13 ans, je rêvais déjà de devenir une porno star. A la fin des années 1970, j’étais tombé sur un magazine avec de très belles photos en noir blanc jeté par un camionneur. Sur une page, le gars était avec une brunette, sur la suivante avec une blonde puis une rouquine, et enfin avec les trois ensemble. Je me suis dit: je veux faire ça.»

«On m’a dit de faire un test. On m’a donné deux filles, je les ai b… pendant trois heures devant 200 personnes»

Rocco Antonio Tano (son nom à l’état civil) devait encore attendre quelques années et une boîte échangiste à Paris – «tout se passait professionnellement en France, plus libertine et moins culpabilisée que l’Italie» – pour mettre le pied à l’étrier. «On m’a dit de faire un test. On m’a donné deux filles, je les ai b… pendant trois heures devant 200 personnes. La barrière était franchie et, depuis, je n’ai jamais arrêté.» Pas tout à fait exact puisque, en 2004, le champion du sexe met un terme à ses exploits, inquiet de son image de père envers ses deux enfants bientôt adolescents. Non sans peine, il tiendra jusqu’en 2009.

«Il y avait les gosses. Aussi un sentiment de culpabilité envers ma femme (ndlr: sa compagne depuis vingt-trois ans). Mais je n’étais pas bien dans ma tête, je me créais plus de problèmes que je n’en résolvais. J’allais sans arrêt voir des prostituées… Ça n’allait pas. Finalement, c’est ma femme qui m’a dit de recommencer le métier. Ma place était devant la caméra, pas derrière. Parfois, ce n’est pas la peine de changer, il faut accepter la part que tu aimes le moins chez toi.» En vacances de son métier d’acteur depuis l’an dernier, Rocco Siffredi pense déjà à un retour aux affaires. «Je réfléchis, ça me manque. Pas tant le sexe que la performance devant la caméra.» Quand on lui fait remarquer qu’il a développé une petite addiction au sexe, la réponse fuse: «Petite? C’est drôle!»

Course, gym et yoga

L’acteur ne confond pas professionnalisme et vie privée. «Le vrai pro travaille avec sa tête, pas avec son sexe. Quand il faut le sortir et le maintenir dur devant la caméra, le plaisir diminue: il faut garder à l’esprit le film sur lequel tu travailles. Sur un tournage, un orgasme vient des couilles. Chez toi, il vient de l’estomac.» Et Rocco Siffredi n’a pas oublié de se maintenir à niveau, tant au mental qu’au physique. «Il n’y a rien de tel que le sport pour maintenir un bon équilibre psychophysique, la tête et le corps. Pour une course de 5 km, je m’entraîne sur 8 km. La course pour le cardio – l’endurance, c’est le plus important –, mais aussi de la gym, du yoga.»

La star a son idée sur la place du porno dans l’histoire récente. «C’est devenu un business énorme, mondial, qui a influencé les modes de ces trente dernières années. Dans la musique, les pop stars – regardez Madonna, Miley Cyrus – s’en sont inspirées pour leurs looks, leurs vidéoclips. Les technologies se sont aussi développées avec le porno – première cause de l’essor d’Internet. Sans lui, il se serait vendu beaucoup moins d’ordinateurs, de caméras!» Sur l’évolution propre à ce genre cinématographique, toujours plus extrême, il ne se veut pas dupe non plus. «Le porno a toujours été la façade de la société, il fait ce qu’elle lui demande. On nous dit que les gens ne veulent pas voir ça, mais ce sont eux qui décident. Avant, le sexe anal était de la transgression pure. Aujourd’hui, c’est la normalité et, dans ce cirque, l’on trouve des sites qui vous montreront du triple anal. Et pis encore, avec l’application de péridurale sur des filles qui ne savent pas ce qu’elles font et qui finissent parfois esquintées.»

«Quand je donne des claques, je contrôle, je ne fais jamais mal à une fille, s’il y a une marque qui reste, c’est par accident»

Lors de son émission TV Hard Academy, avec sélection de 15 apprentis hardeurs, Rocco Siffredi n’a cessé de répéter que sa profession réclame du «contrôle». «Nous sommes des performeurs, mais rien n’est jamais à 100% réel, c’est plutôt du 50/50, entre réel et jeu avec la caméra. Quand je donne des claques, je contrôle, je ne fais jamais mal à une fille, s’il y a une marque qui reste, c’est par accident.» Entre passage à la limite et affranchissement de la répression du désir, le trafic des chairs prospère et les marchés sont multiples. «Le porno travaille sur l’imaginaire, sur les fantasmes. La plupart des gens qui se masturbent en regardant un film ne feront jamais ce qu’ils voient. Mais il y a aussi un effet libératoire. On dit qu’il y a de plus en plus d’homosexuels, mais il y a surtout de plus en plus de gens qui sortent librement leur propre sexualité. Je vais peut-être vous étonner, mais je pense qu’aujourd’hui la priorité va à la libération de l’orgasme féminin.»

Stade de Genève et Hôtel Ramada Encore samedi et dimanche (Rocco Siffredi signe des autographes samedi à 21 h 30) Rés.: TicketCorner, Starticket et Fnac www.extasia.ch

Créé: 01.04.2016, 22h07

L’éducation de «Dracula»

Eclairage Roi de la pénétration de marché avec ses 1500 films, Rocco Siffredi sait faire le grand écart conceptuel. Il assure avoir eu la révélation de sa vie pendant la télé-réalité Isole dei famosi, à laquelle il a participé, où il serait enfin parvenu à s’accepter tel qu’il est. Ironiquement proche d’un cinéma du réel, ce «performeur du sexe extrême depuis trente ans» aime pourtant rappeler les personnages de fiction qu’il a «joués», de Tarzan à Dracula. L’un de ses meilleurs souvenirs est d’ailleurs sa rencontre à Cannes avec Quentin Tarantino, cinéaste impressionné d’apprendre qu’il avait tourné The Chameleon de John Leslie en cinq jours.

Entre esbroufe machiste et désirs assumés, l’«étalon italien», à peine sorti d’une télé-réalité où il coachait des apprentis hardeurs, se montrait sous un jour responsable en adressant en décembre dernier une pétition à la ministre de l’Education italienne, Stefania Giannini. «Il faut préparer les jeunes au sexe, qu’ils abordent de toute façon sur le Net. Je ne me suis pas proposé pour leur enseigner quoi que ce soit, mais pour alerter sur une situation où une fillette ou un garçon peuvent avoir accès à des images qui mettent en danger leur sexualité future.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.