La cuisine de quarantaine: mon placard, la gazinière et moi

Fines gueulesQuand la maladie rôde dans les rues, faire des provisions alimentaires, c’est bien. Encore faut-il savoir qu’en faire. Conseils culinaires pour gourmets confinés.

Les petites réserves alimentaires de trois journalistes à la Tribune de Genève. L’identité des placards est connue de la rédaction

Les petites réserves alimentaires de trois journalistes à la Tribune de Genève. L’identité des placards est connue de la rédaction Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Début de semaine dernière, fin d’après-midi dans une supérette genevoise. Une aïeule enjouée vide le contenu de son caddie sur le tapis roulant de la caisse. Bien plein, le caddie. Six bouteilles d’huile en action. Six rouleaux d’essuie tout. Des céréales. Des pâtes. Des pâtes. Des pâtes. Du riz aussi. Beaucoup. Des sauces en boîte. Des tomates en boîte. Des trucs en boîte… On lève le nez pour voir le museau de l’acheteuse. Impossible: elle porte un masque. Mais c’est bien sûr: Madame fait du stock en prévision d’une éventuelle quarantaine. Avec bonne humeur. Ben oui, la fourmi se rit de la pandémie.

Cette avisée Genevoise n’est pas la seule à amasser des provisions. Depuis une dizaine de jours, les grandes enseignes européennes enregistrent une demande galopante, voire frénétique çà et là, pour les vivres non périssables. Parano ou prévoyance? On en reparlera quand le virus se sera fait la malle.

En attendant, il doit y avoir des placards qui débordent. C’est bien joli d’amasser ainsi. Mais quand le mal rôde et que l’isolement s’impose, encore faut-il savoir varier son ordinaire gastronomique pour ne pas tourner en bourrique. Quelques conseils et trucs pour se régaler confiné.

Le thon à tous les tons

Qui dit placard dit thon en boîte. C’est comme ça. Et voilà bien une denrée qui se prête à une flopée d’apprêts sexy. Essayez donc les spaghettis au thon émietté, câpres, jus de citron et huile d’olive. Trop bon. On peut aussi se bricoler une savoureuse salade de boîtes variées en pacsant thon, maïs en grains, haricots rouges, cœurs de palmiers, échalote ciselée, quelques olives et cornichons émincés, le tout en vinaigrette de raifort, huile d’olive et vinaigre de Xérès. Le best du placard sur assiette.

Sardines à l’huile sans reproche

Autre classique de la cuisine en boîte, la sardine à l’huile peut être ravissante autant que savoureuse. À condition d’investir dans de la conserve de noble origine. Dès lors, la sardine se mue volontiers en jolies rillettes, écrabouillée avec du concentré de tomates, du cumin, plein de poivre aromatique et un peu de piment. Ou en tartare, émincée au couteau, puis mariée à des pignons grillés à la poêle, une pincée de curry de Madras, trois olives vertes en rondelles, une échalote hachée, un filet de balsamique, d’huile d’olive et de jus de citron. Euh, s’il y a un citron dans le placard…

La polenta du lendemain

Confiné à la maison, on a tout le loisir de cuisiner. Tiens, la veille du miam, cuisons donc une marmite de polenta, qui sera touillée ensuite avec des tomates séchées et olives noires, les unes et les autres hachées, plus une pincée d’herbes de Provence, sel et poivre. Il s’agit ensuite de mouler la polenta dans un Tupperware plat et de l’oublier une nuit au frigo. Taillée en tranches le lendemain, elle s’en va dorer à la poêle dans un peu d’huile d’olive. C’est malin. C’est chic. C’est bon.

Les champis qui sourient

Trompettes-de-la-mort, morilles, bolets ou shitakés? Il y a toujours des champis tout secs qui somnolent au fond du placard. Et si l’on se bricolait un super risotto des bois? Expédions les champignons se réhydrater dans un grand volume d’eau. Disons une demi-heure. L’eau, on la garde, on la filtre plusieurs fois, on la fait chauffer tranquilou dans une casserole avec un cube de bouillon de volaille. Les champignons, émincés et cuits tout doux à la poêle avec une bonne pincée de gingembre en poudre, iront se pavaner à la dernière minute dans un risotto cuisiné à la régulière avec le bouillon sus-décrit. Vous suivez? Oui, s’il y a un peu de beurre et de parmesan pour lier le tout, c’est mieux. Mais bon…

Tarbais et Corona

Un jour – ou était-ce une nuit? – on s’était payé ces haricots tarbais secs, qui attendent depuis dans la pénombre qu’on leur fasse un sort. Ben les voilà mijotés à la Corona, la bière donc, manière de rire un peu du vilain virus qui court nos rues. La veille, mettre les haricots à tremper dans trois fois leur volume d’eau. Le lendemain, les immerger dans une casserole, couvrir d’eau fraîche. Quand l’eau frémit, transvaser illico dans une autre marmite, couvrir d’eau à nouveau. Ajouter un cube de bouillon de légumes, un bouquet garni et un oignon piqué de deux clous de girofle. Laisser frémir 45 minutes. Ajouter une canette de Corona, une boîte de tomate pelées au jus, deux gousses d’ail hachées, une pincée de piment, origan et coriandre en poudre, sel, poivre. Tralala. Laisser mijoter 45 minutes de plus. Rectifier l’assaisonnement. Et manger. Ou pas.

Gratin au vieux sauciflard

On a tous – ou presque — un paquet de farfalle, quatre biscottes et un bocal de tapenade dans le placard. On a tous – ou presque – un pauvre saucisson qui flétrit au frigo. Osons le gratin câlin qui croustille. Couper finement le saucisson, au couteau, au sabre laser ou à la scie. Détailler en tout petits morceaux. Griller à la poêle. Cuire les farfalles très al dente. Dans un plat à gratin, mélanger avec la tapenade et les éclats de saucisson. Une bonne giclée d’huile d’olive. Sel, poivre. Dans un cornet en papier, écrabouiller les biscottes au marteau. Paf, paf. Coiffer le gratin de cette panure. Enfourner jusqu’à bronzage inspirant. Déguster goulûment.

Voilà. On vous passe les galettes de lentilles aux graines de sésame, la salade de pois chiche aux fruits secs ou le riz frit à l’ail. Alléchante la crise sanitaire, non? Au bout de huit jours sans produits frais, il se peut tout de même que l’on prenne son placard… en grippe.

Créé: 14.03.2020, 09h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.