Trois amis et 800 copains pour lancer un bar à vin

LausanneUne opération de crowdfunding veut ouvrir Ta Cave au printemps prochain. Les financiers auront droit à l’apéro à vie.

Yannick Passas, Elâ Borschberg et Guillaume Luyet bouillonnent d’idées pour leur futur bar à vin.

Yannick Passas, Elâ Borschberg et Guillaume Luyet bouillonnent d’idées pour leur futur bar à vin. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La devanture existe déjà, à la rue du Simplon 35, à Lausanne, et elle porte les mots «participe au financement du bistrot communautaire». Ta Cave est bien le premier bistrot vaudois à miser sur le crowdfunding (financement communautaire) pour se lancer. L’idée d’un bar à vin Sous-Gare a germé dans la tête de deux amis, après une fin de soirée où ils cherchaient à boire un verre. Ancien de l’Ecole hôtelière de Lausanne, Guillaume Luyet tient avec sa famille l’Auberge du Sanetsch (VS), a lancé le pain La Meule ou les pass de ski Snow Republic. L’œnologue français Yannick Passas, lui, cherche à faire de beaux vins naturels à la Maison du Moulin, à Reverolle.

Quand ils ont trouvé le local de la rue du Simplon, ils en sont tombés tout de suite amoureux, avec ses plafonds à moulures et sa cave. Mais il manquait une fille dans l’histoire, et ce sera Elâ Borsch­berg, elle aussi sortie de l’Ecole hôtelière, qui a travaillé au marketing de Solar Impulse que son père pilote.

Une histoire simple

Les trois amis ont alors réfléchi au financement. «On n’avait pas envie d’aller présenter des plans aux banques ou de chercher des investisseurs, explique celle qui est désormais présidente de Ta Cave. Et on a vu cette histoire d’un bar aux Etats-Unis qui était en train de couler mais qui a été sauvé par la solidarité de toute une équipe de proches du patron.» Ce sera donc un bistrot à financement communautaire. «On s’est dit qu’il fallait récompenser ceux qui nous aident», poursuit Guillaume Luyet. Les 800 coopérateurs (250 fr. chacun) auront donc droit à l’apéro à vie avec un copain, en fait à un verre de vin chacun quand ils arrivent.

«Cela va avec l’esprit qu’on veut donner à ce lieu, affirme Guillaume. Un lieu convivial, où tu te sens presque comme à la maison.» – «Avec de grandes tables pour partager des moments, même avec des gens qu’on ne connaît pas», continue Elâ.

Le concept des trois copains se veut authentique avant tout. «On va privilégier des vins qui ont du caractère, authentiques, explique Yannick Passas. En faisant des semaines à thème, sur un cépage, une région. On a envie de donner aux Suisses de la curiosité pour découvrir des choses originales.»

Qu’est-ce qu’on mange?

Un même souci de terroir guidera le choix du solide. «Tout le monde fait des tapas, avance Guillaume. Nous, on aura des pains, des charcuteries, des fromages dénichés directement chez les producteurs. Tu as faim? Tu viens prendre une saucisse et tu la coupes directement à table. Pas besoin d’attendre le service.» Et, à midi, mijote l’idée de servir des plats en cocotte, des mijotés, «mais rien que ça, hein!»

Les inscriptions des coopérateurs commencent aujourd’hui sur le site Internet. Ces microentrepreneurs et futurs copains seront remboursés si le projet ne se fait pas.

(24 heures)

Créé: 28.11.2014, 10h55

Crowdfunding gastro

Aux Etats-Unis, le géant Kickstarter développe divers projets, dont toute une section réservée à la nourriture. Mais, en France, Foodraising s’est lancée en 2014 sur le seul créneau de la création de restaurants par le crowdfunding . Le nombre de candidats est encore assez faible.

Crowdfunding vineux

Il existe déjà plein de projets de financement participatif dans beaucoup de domaines. Si, à notre connaissance, c’est le premier bar à vin suisse à vouloir se créer sur ce principe, la France a vu naître Fundovino, un site où chacun peut participer avec ses moyens au projet d’un vigneron inscrit. Antoine Mantzer veut produire un court-métrage sur le cépage zinnkoepflé, Frédéric Savart rêve de fabriquer des fûts avec du bois de la forêt de Reims, Hugues Delayat souhaite acquérir des charrues écologiques: les envies – encore peu nombreuses – sont diverses.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Trump annule sa rencontre avec Kim Jong-un, paru le 25 mai 2018
(Image: Bénédicte) Plus...