Passer au contenu principal

Ambiance de station et plats inventifs en plein cœur de Lausanne

Le chalet installé provisoirement devant le Royal Savoy décline la montagne en plats originaux et pas trop chers.

Un chalet élégant installé provisoirement avenue de Cour.
Un chalet élégant installé provisoirement avenue de Cour.
Patrick Martin

Il n’y a pas besoin de partir bien loin pour se croire presque à la montagne. En plein cœur de Lausanne, le très chic Royal Savoy a installé devant chez lui, au croisement des avenues de Cour et d’Ouchy, un immense chalet provisoire visible jusqu’au 11 février.

L’idée est bien réalisée, avec une première partie couverte pour déguster des cocktails d’hiver (24 fr. quand même) autour d’un brasero (ouvert le soir dès 18 h). Vin chaud et chocolat chaud, tous deux délicieusement maison (10 fr.), complètent l’ambiance alpine à la nuit tombée.

Au moment de passer à table (à midi ou dès 19 h.), le vaste chalet est chaleureusement décoré dans des couleurs taupe, brun et or. C’est aéré dans l’espace et, parfois aussi, aéré par un petit air frisquet. La direction a prévu des couvertures sur chaque chaise au cas où pour les plus frileux, mais cela reste parfaitement agréable.

Le chef Ludovic Beltran y propose une carte originale et à prix honnête autour de l’hiver. La fondue y tient la vedette en trois déclinaisons. L’Edelweiss moitié-moitié assemble du gruyère et… de l’emmental (26 fr.). Une très belle idée pour une texture crémeuse et un goût parfait en bouche. Les amateurs de luxe lui préféreront celle agrémentée de truffe noire (36 fr.). Et les plus modernistes opteront pour celle façon espuma, avec sa salade d’épinards (24 fr.).

L’idée du lieu est de privilégier le partage et on peut donc mélanger les plats au centre de la table pour varier les plaisirs. Par exemple, côté fromage toujours, avec cette raclette en cromesquis, agrémentés de jambon cru et de pickles (25 fr.). Le Japon donne un bouillon dashi à la viande séchée et cabillaud royal (21 fr.) ou un croustillant de riz japonais qui rencontre un crémeux de vacherin Mont-d’Or (42 fr.). Le bœuf use des épices à vin chaud et d’une sauce chocolat (34 fr.).

La carte des desserts est courte mais bonne. Celle des vins exagère un peu sur les prix de crus bien choisis. Et le tout est servi par une équipe souriante et très agréable. Dépêchez-vous…

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.