A Aquatis, on apprête lotte et agneau face aux poissons d’eau douce

Le coup de fourchette Le restaurant qui fait face au nouvel aquarium d'eau douce revisite le terroir et cuisine des poissons de mer

Aquatis n’est pas la première incursion lausannoise d’Alain Favre, qui a œuvré dans l’ancien Royal Savoy.

Aquatis n’est pas la première incursion lausannoise d’Alain Favre, qui a œuvré dans l’ancien Royal Savoy. Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Non, il n’y a pas de piranha ou de garpique alligator à la carte du restaurant de l’Aquatis Hôtel, situé pile en face de l’aquarium d’eau douce qui ouvrira ses portes le 21 octobre. Le chef franco-suisse Alain Favre, ancien du Royal Savoy et de chez Georges Blanc, à Bourg-en-Bresse, propose une cuisine variée qui revisite certains mets de terroir et plats de poissons de mer.

En entrée, on a aimé la daurade en ceviche (22 fr.). Agrémenté de mangue et de papaye, recouvert d’une écume de coco et gingembre, le poisson cru déploie ses goûts avec délicatesse. Et la présentation fait mouche! La givrée d’eau de tomate à l’anis (21 fr.), crème de burrata, tomates grappe et sorbet basilic nous a moins convaincus. En cause, le manque de goût des tomates à la sortie de l’été. Un bon point tout de même au subtil sorbet basilic.

En plat, on a boudé la truite, seule représentante de nos lacs et rivières, pour tester la lotte raidie au beurre de safran (42 fr.), vivifiée de pamplemousse (un peu trop présent) et de gentiane. Cuisson parfaite, émulsion goûteuse, et à nouveau une belle présentation, avec ses petits légumes et champignons juste saisis. Côté ferme et pâturages, on a goûté l’agneau de pays confit (38 fr.), citron, piquillos (piments), olives taggiasche, fromage frais et jus épicé. Un confit fondant à souhait, juste grillé sur le dessus, qu’on aurait pu déguster à la cuillère. Pour satisfaire notre dent douce, le crémeux au fromage blanc, confit de fraise à l’eau de rose et crumble de dragées (12 fr.) nous a paru un brin canaille et plaira aux grands comme à leurs enfants. La crème brûlée à la reine-des-prés et sa croque au chocolat (12 fr.) accompagnent le café de manière savoureuse. Tous les plats, de l’entrée au dessert, sont servis très (trop?) généreusement.

La carte des vins parcourt l’arc lémanique, avec un détour au Tessin et dans quelques vignobles français. On y trouve les crus du Crieur Public (son chasselas non filtré de Genève!), ceux de la Maison du Moulin (La Côte) ou encore la Lune noire des Frères Dubois (Lavaux).

(24 heures)

Créé: 13.10.2017, 14h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La mort, lundi, dans l'explosion de sa voiture, de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia a provoqué une immense émotion en Europe. Le fils de la victime a accusé le gouvernement de complicité.
(Image: Bénédicte) Plus...