Le Bœuf Rouge et ses jolies expérimentations gourmandes

Le Coup de fourchetteL'établissement de Crassier a connu des mouvements. Mais le trio qui l'a repris a su y insuffler un esprit fait pour durer.

Les trois associés à la tête du Bœuf Rouge: Gabriel Burnier, Rémy Cantale et Florian Tourbier.

Les trois associés à la tête du Bœuf Rouge: Gabriel Burnier, Rémy Cantale et Florian Tourbier. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après des années de fréquents changements de patrons, le Bœuf Rouge semble sur les bons rails. L’arrivée en décembre 2016 de trois associés qui se sont connus sur les bancs de l’Ecole hôtelière de Genève est une aubaine pour l’auberge communale. La nouvelle équipe donne l’impression de s’amuser à gérer l’établissement dans un esprit de camaraderie et ça se ressent dans la cuisine créative et généreuse qui y est servie. Le public apprécie. Lors de notre passage, un jeudi soir de janvier, la salle du restaurant était pleine.

L’expérience gourmande du Bœuf Rouge commence à la lecture de la carte. L’intitulé des plats est aussi inventif que le contenu des assiettes. En commandant un Fallait courir plus vite!, on vous servira des escargots gratinés à la lie du pays (16 fr.). Et pour le Trésor de nos basses-cours (19 fr.), vous dégusterez une crème brûlée de foie gras aromatisée finement d’une huile à la truffe blanche. Le Roi du clapier (18 fr.) tient en une terrine de lapin savoureuse et des légumes grillés disposés pour reconstituer une fausse tête d’asperge.

La brigade de cuisine privilégie les producteurs locaux. L’Hymne de la ferme (39 fr.), une belle entrecôte de bœuf rassie sur l’os de la boucherie Miège, de Coppet, est un exemple. Tout comme le tartare (30 fr.), qui vaut le détour pour l’équilibre entre les saveurs fumées des écorces de pommiers et le peps des citrons noirs de Niels Rodin.

A Crassier, on retrouve la production de l’agrumiculteur de Gland dans l’étonnant dessert Saveur électrique (11 fr.). Ce sorbet de yuzu est arrosé au prosecco. Mais le secret réside en une fleur de Sichuan à croquer en premier lieu. Le végétal modifie la perception des saveurs pendant quelques minutes. «J’ai recensé six effets différents», explique le chef Gabriel Burnier. Dans notre bouche, il a légèrement anesthésié le palais en apportant des notes iodées pour permettre aux saveurs acides de s’exprimer avec douceur. On a adoré. A ne manquer sous aucun prétexte.

Créé: 09.02.2018, 10h42

L'adresse

Au Bœuf Rouge
Rue de la Tour 2, 1263 Crassier
Tél. 022 367 12 19.
www.leboeufrouge.ch
Fermé le lundi

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...