Passer au contenu principal

Avec Carlo Crisci sur sa terre d’origine

Le chef de Cossonay cultive toujours des olives à Roscigno, près de Salerne, d’où son père est parti il y a 70 ans. Nous l'avons accompagné.

Carlo Crisci dans ses vergers d’oliviers dont les plus vieux ont 400 ans, avec vue sur le Cilento.
Carlo Crisci dans ses vergers d’oliviers dont les plus vieux ont 400 ans, avec vue sur le Cilento.
David Moginier

On n’est pas ici dans un de ces vergers d’oliviers hyperorganisés comme on les voit dans le sud de l’Espagne sur des kilomètres. Non, à Roscigno, sur les contreforts du parc national du Cilento, à l’est de Salerne, les oliviers servaient aux paysans modestes pour leur quotidien. Les arbres centenaires sont plantés un peu anarchiquement sur ces pentes, au milieu des forêts de chêne. Le chef Carlo Crisci y possède trois hectares et un gros millier d’arbres à PiediSanti, dans les collines salernitaines. Il suit de loin mais avec attention la culture de ses oliviers puisqu’il en tirera l’huile qu’il utilise dans son restaurant, le Cerf, à Cossonay (deux étoiles Michelin et 18/20 au Gault&Millau).

Réunion de famille avec son frère Jo, son fils Angelo et sa tante Rosetta.
Réunion de famille avec son frère Jo, son fils Angelo et sa tante Rosetta.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.