À la Clef, à Vevey, «Maria» éclipse Rousseau

L'Esprit des lieuxÀ la (re)découverte des bistrots emblématiques de notre canton.

Umberto Timmoneri a repris la Clef en 2001: «Ici, on côtoie des sportifs, des musiciens, des amateurs de théâtre, des ouvriers, des banquiers. C’est un lieu populaire à l’ambiance bohème».

Umberto Timmoneri a repris la Clef en 2001: «Ici, on côtoie des sportifs, des musiciens, des amateurs de théâtre, des ouvriers, des banquiers. C’est un lieu populaire à l’ambiance bohème». Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est une fierté pour nombre de Veveysans: la pinte de la Clef est intimement liée au nom de Jean-Jacques Rousseau. Une inscription le rappelle sur sa façade sud. Plus encore, à l’intérieur, une table marquée par le temps et propriété de l’État de Vaud évoque en quelques lignes aux caractères raffinés le passage du plus romantique des écrivains en juillet 1730. Il avait l’habitude de s’y attabler pour voler en pensée vers cette Madame de Warens, «Veveysanne» qui lui inspira sa Julie de «La Nouvelle Héloïse» et fut le premier et le plus intense amour de sa vie. Des visiteurs la réservent pour toucher au mythe ou y déguster les filets de perche «à la Rousseau» dans leur sauce aux herbes, rehaussée d’un ingrédient secret. Des profs y emmènent leurs élèves pour égayer leur leçon consacrée à l’auteur du «Contrat social» et de «L’Émile» dans un décor digne du XVIIIe avec ses boiseries et son mobilier des pintes d’autrefois.

Rousseau ne s’invite pourtant pas dans les conversations avec les clients à qui on demande ce qui fait l’âme du lieu. À l’heure du café du matin ou de l’apéro, Maria et Alexandra sont bien plus populaires que Jean-Jacques. Les deux serveuses prévalent par leur douceur, leur prévenance et leur disponibilité sans faille.

«Le café est déjà très bon de base, mais il se bonifie grâce à un accueil hors-norme.»

La première le matin, la seconde à midi. Marie-Clotilde, «Maria» pour les intimes, est bien trop modeste pour s’attribuer un quelconque mérite, mais à toutes les tables, l’avis est unanime: le café est bien meilleur quand c’est elle qui le sert. «Et il est déjà très bon de base, mais il se bonifie grâce à cet accueil hors norme, s’enthousiasme Judith Montandon. Maria est unique, connaît chacune de nos habitudes. Je suis très sensible à cette chaleur humaine. La Clef est un lieu où l’on cause, sans rester le nez scotché sur un écran, et où on lit les journaux. Et les croissants de la boulangerie Vannay sont excellents!»

À leur table habituelle, Steve, Bruno, Julien et Henri, de la voirie de Vevey, reviennent inlassablement pour leur pause de 9 h. «Pour le personnel, l’accueil, la générosité», lancent-ils en vrac. «Et le cadre, ajoute Bruno. Il y a un vécu ici, ce n’est pas aseptisé. C’est le genre de bistrot où mon grand-père m’emmenait pour faire les 4 heures.»

«Sans Maria, il y aurait moins de monde», confirme Lino Di Marco, à la table Rousseau. Une place de choix avec vue sur la rue du Théâtre – «même s’il y fait un peu plus froid», précise-t-il en tapotant sur le vitrage – où ce fan de l’AC Milan sait qu’il trouvera sa «Gazzetta dello Sport». Et qu’importe si le patron est supporter de l’éternel rival de l’Inter. Hiver comme été, on y est si bien: «En juillet-août, la terrasse est ensoleillée jusqu’à 20 h 30.»

C’est en 2001 qu’Umberto Timmoneri, le patron justement, est «tombé amoureux» de la Clef. Habitué jusque-là au milieu de l’hôtellerie de luxe (Royal Plaza à Montreux, Mirador au Mont-Pèlerin, Lausanne Palace, etc.), le natif de Naples aspire à changer d’air. «Ici, on côtoie des sportifs, des musiciens, des amateurs de théâtre, des ouvriers, des banquiers. C’est un lieu populaire où certains improvisent un air au piano du fond certains soirs. On y trouve une ambiance bohème.»

Après le strass, place à l’authenticité et l’esprit bien vaudois, même si les pieds de porc et les atriaux ne figurent plus à la carte. «Personne n’en commandait plus. Mais j’en prépare encore sur commande, de même que des spécialités du Maroc, le pays d’origine de mon épouse.» Une pointe d’exotisme, il y en a aussi sur les murs: de cartes postales de clients par dizaines et des billets de banque étrangers sous verre. «Des souvenirs de voyages ou des marchés aux puces. Ce sont des billets anciens et rares, notamment des devises russes du 19e.»

Une question émerge au fil des discussions: l’âme de la Clef sera-t-elle sacrifiée sur l’autel des rénovations futures dont certains clients ont eu vent? Connu pour son franc-parler, le patron rassure: «Les travaux sont prévus de septembre 2021 à l’été 2022 et le style restera le même. Le patron aussi d’ailleurs, vous pouvez le dire à vos lecteurs.»

Créé: 16.03.2019, 11h06

Articles en relation

Originalité et produits de saison au Restaurant du Tennis de Montchoisi

Le coup de fourchette C’est à l’étage du plus vieux club de tennis de Suisse encore en activité que se cache le Restaurant du Montchoisi Tennis Club. Plus...

Un voyage culinaire entre Gryon et l’Asie au Cookie

Le coup de fourchette Après le décès de son propriétaire, le joli restaurant est tenu par Max Innocents. Gérard Cavuscens vient le seconder depuis Noël. Plus...

Les gens


Henri, Julien et Bruno (de g. à dr.), de la voirie de Vevey, habitués du café de 9 h à la «table ronde», nappée de billets de banque.

L'adresse

Café-restaurant de la Clef
Rue du Théâtre 1
Vevey
Tél: 021 921 22 45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...