Débattre de la vraie recette du papet est sans fin

TraditionLe plat étendard du canton, vert et blanc, n’a jamais été figé par écrit. Le point à l’heure de la Fête de la saucisse aux choux à Orbe.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«La recette du papet est une recette de ferme, du peuple, elle n’a jamais été écrite, affirme le cuisinier historien Philippe Ligron. Les premières infos historiques datent du milieu du XIXe siècle.» Alors qu’Orbe fête ce week-end la saucisse aux choux, complice incontournable de la potée aux poireaux, on en sait aussi peu sur l’une que sur l’autre.


Sondage: Et vous, le papet vaudois, vous l'aimez comment?


Prenez la charcuterie dont les Urbigènes revendiquent la paternité. Ils racontent qu’en 879, l’empereur de Germanie séjourna plusieurs semaines à Orbe et que la viande vint à manquer. On ajouta alors des choux pour faire volume. La même légende peut se raconter avec Charles le Téméraire qui aurait ainsi nourri ses soldats, ou avec les baillis bernois payés en viande et bernés par les Vaudois. En fait, on n’en sait pas grand-chose. L’hypothèse de Philippe Ligron est que les paysans s’étaient rendu compte que l’acidité du chou aidait à la conservation de la viande en un temps où le réfrigérateur n’existait pas. Ça fait moins rêver.

Le papet, lui, est aussi devenu connu sur le tard, avec son mélange de vert et de blanc qui illustrait si bien le canton de Vaud. Mais comme le dit Daniel Grivet, fondateur de la fête à Orbe, «nous avions fait un concours de papet à la 10e édition et c’est une Portugaise qui avait gagné. Tous les papets sont différents et chaque famille a le sien.» Philippe Ligron y ajoute un peu de vin et de crème mais livre son secret: «Tant pour la saucisse aux choux que pour le papet, il faut cuire à feu doux. C’est une recette qui prenait son temps sur le potager de la ferme.»

Alors, procédons par ordre en saucissonnant la recette.

Les poireaux

«On voit trop de papets tout blancs parce que les cuisiniers ne prennent que le blanc des poireaux. Mais le goût est dans le vert, il faut tout mettre», explique Thierry Sax, Au Bon Vin à Chardonne, qui fait lui-même boucherie depuis trente ans. À Lausanne, à l’Europe, Laurent Degardin préconise de ne pas le couper trop petit et de prendre «un peu de vert mais pas trop». À Payerne, Marie-Jeanne Zurkinden, la cheffe historique de la Reine Berthe, va plus loin: «Je commence par faire fondre le vert du poireau dans le beurre, parce que ça prend plus de temps. Ensuite, je rajoute le blanc coupé plus gros.» Certains vont d’abord blanchir à l’eau les poireaux au préalable, pour les rendre plus digestes.

Le corps gras

On fait suer les poireaux à l’huile à Payerne, au beurre à Lausanne ou à Chardonne, voire au saindoux pour les plus rustiques. Attention toutefois à ne pas en abuser, la saucisse aux choux étant elle-même assez grasse.

Les pommes de terre

«Chez moi, on ne les voit presque pas parce que je les utilise comme liant», dit Marie-Jeanne Zurkinden. Philippe Ligron, lui, les ajoute un peu plus tard pour qu’elles restent un peu fermes. «Un tiers de patate, deux tiers de poireaux», selon Laurent Degardin. Au restaurant, Thierry Sax les cuit à part (comme Nicolas Sautebin, au XXe, à Morges) et ne les ajoute qu’au moment de servir le plat. L’essentiel est de choisir des variétés farineuses, genre Bintje.

Le liquide de cuisson

Après avoir fait suer les légumes, il faut du liquide pour les cuire doucement. De l’eau en tout cas, du bouillon pour certains, du vin suivant les cas. «Très peu», pour la cuisinière de Payerne, «un peu» selon Philippe Ligron, «au vin blanc quand je le fais à la maison, au vinaigre au restaurant», explique Laurent Degardin.

Les compléments

Le livre scolaire «Croqu’menus» préconise une liaison crème-fécule. Une hérésie pour tous les pros, chez qui la patate et son amidon servent de liant. Laurent Degardin ou Thierry Sax ajoutent une touche de crème, ce qui fait bondir Marie-Jeanne Zurkinden: «C’est à Fribourg qu’on fait ça!» Elle sert du vinaigre à table pour ceux qui veulent rajouter de l’acidité.

La saucisse à part?

Cuire la saucisse aux choux dans le papet: «Ça donne trop le goût de fumé», explique Philippe Ligron. On peut la rajouter à quelques minutes du service. Et on ne la pique pas: «Il faut juste la cuire à feu doux, dans de l’eau frémissante, sinon la pression de la vapeur d’eau fait exploser le boyau», explique Denis Martin, à Vevey. Pour lui, d’ailleurs, il est illogique d’accompagner une saucisse acide par un plat acide. Mais c’est un autre débat.

Créé: 26.09.2019, 17h31

La fête à Orbe

Vendredi 27
19h Repas concert sous la tente sur réservation.
21h Concert de Paul Mc Bonvin.

Samedi 28
10h Ouverture de la fête sur la place du Marché.
10h Torréfaction de café au Musée.
11h30 Partie officielle et apéritif offert par la commune.
11h et 15h30 Démonstration de fabrication.
20h30 Bal avec l’orchestre Midnight.

Dimanche 29
10h Ouverture de la fête sur la place du Marché.
10h Torréfaction de café au Musée.
11h15 h Prestation des yodleurs.
11h et 14h30 Démonstration de fabrication.
14h Spectacle pour enfants sur l’esplanade du Château.
16h Fin de la manifestation.

Tout le week-end
Tente de l’invité d’honneur L’Étivaz à la Grand-Rue.
Ferme des animaux, carrousel et fabrication de raisinée sur l’esplanade du Château.
Restaurants participants au menu papet: Chez Calvett’Croix-d’Or, le K’rioc, le City, le Chasseur, le National, la Charrue, le Marsiglia, le Zingue, le BM.

S'amuser du papet

Forcément, un plat emblématique titille l’imagination des chefs.

Denis Martin, à Vevey, s’en est amusé de nombreuses fois, depuis son papet liquide qu’on ne faisait que humer jusqu’à cette coque solidifiée de jus de poireau abritant une émulsion de patate et un croustillant de saucisse aux choux déshydratée. Ou une glace aux poireaux et une saucisse cryogénisée.

Carlo Crisci, au Cerf de Cossonay, rôtit la saucisse à la broche au-dessus des poireaux.

Damien Germanier, à Sion, le déclinait en tartine au raisin sur un leckerli pour se faire pardonner.

Pascal Gauthier, au Jorat de Mézières, en avait fait un choc culturel vaudois avec sa glace de saucisse aux choux.

Gabriel Serrero, de Conte-goûts, à Lausanne, le servait en émulsion directement du Kisag.

Guy Ravet, à l’Ermitage de Vufflens-le-Château, l’a décliné pour «Gault&Millau» en rondelles de pommes de terre, surmontées de compotées de poireaux à la moutarde et d’une rondelle de saucisson.

Articles en relation

Et vous, le papet vaudois, vous l'aimez comment?

Sondage Avec du vin? pas de crème? Donnez-nous vos préférences sur la recette du papet. Plus...

Les traditions ont du bon à La Reine Berthe

L'Esprit des pintes Dans une décoration toujours extraordinaire, les plats du terroir tels que tripes, langue ou papet sont les rois dans ce café populaire de Payerne. Plus...

Comment le papet vaudois est devenu un symbole

Gastronomie A la fête ce week-end à Orbe, le papet et la saucisse aux choux n’ont pas toujours été les vedettes de la cuisine vaudoise. Décryptage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.