Deux privés jouent les hôtes pour la Ville de Lausanne

Domaines viticoles A Allaman, Michel Gfeller propose chambres d’hôte, salles de réception et bar au Château Rochefort. A Burignon, on reçoit aussi.

Michel Gfeller sur sa Terrasse ouverte à tous en fin de semaine.?

Michel Gfeller sur sa Terrasse ouverte à tous en fin de semaine.? Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il est 17 h ce jeudi et le Château Rochefort, au centre d’Allaman, ouvre la double porte qui donne sur sa cour. Ici, c’est une des cinq propriétés viticoles de la Ville de Lausanne, reconnaissables à leurs volets striés de rouge et de blanc. Pourtant, l’hôte qui s’apprête à recevoir sur sa Terrasse et dans son bar à vins n’est pas un employé de la capitale lausannoise. Michel Gfeller est indépendant, reverse un loyer tout en promouvant les vins de la Ville.

«Après l’expérience du Domaine du Burignon, à Lavaux, où œuvre Anne Bussy, Lausanne m’a fait confiance pour essayer de reproduire la même chose ici», explique le tenancier, qui travaillait dans la construction au Jura bernois avant de venir ici retrouver sa femme… qui n’est autre que Tania Gfeller, responsable des vignobles de la Ville. Les Gfeller habitent ici et Monsieur y est même devenu municipal. Dans ce domaine tenu longtemps par le vigneron Aimé Berger, qui faisait aussi chambre d’hôte, les locaux ont été joliment rénovés. Et la cave, devenue obsolète depuis que la récolte a pris la direction de l’Abbaye de Mont, a été redécorée pour accueillir mariages, sorties d’entreprises ou séminaires. «Il y a une magie ici parce qu’on a gardé ce côté rustique et cette convivialité», explique l’hôte des lieux.

Et le garçon est très dans l’esprit des lieux, dont les vignes sont cultivées entièrement en biodynamie. Il a reconverti le jardin en un parcours poétique où l’herbe n’est coupée que pour y tracer des sentiers ludiques, où un mini-amphithéâtre permet d’accueillir conteurs ou musiciens, où le potager est travaillé dans le plus pur respect de la permaculture et où les poules donnent aux visiteurs de passage matière à compagnie. En plus, Rochefort est une étape reconnue sur le sentier de Compostelle qui voit les pèlerins sonner à la porte pour dormir dans l’un des trois appartements ou suites du domaine. «Sur les neuf derniers mois de 2016, on a reçu ici 1340 personnes, avance Michel Gfeller. Au check in, on leur offre un verre de vin de la ville et les trois quarts repartent avec au moins une bouteille, les Suisses allemands avec plus…»

Au service du vignoble

Car le but premier est bien de promouvoir les crus de la capitale. Dans les réceptions de Rochefort, ce sont eux qui sont proposés. Et dans les tables d’hôte servies soit à la salle vigneronne, soit dans l’ancienne cave, on retrouve ces bouteilles. Enfin, Michel Gfeller veut ouvrir son bar à vins et sa terrasse tout au long de l’année, chaque fin de semaine. «Il faut que les habitudes se prennent, évidemment. Cela prendra sans doute environ trois ans pour atteindre la vitesse de croisière.»

Qu’importe, l’homme est pugnace, chaleureux, souriant et il investit tout cela dans sa petite entreprise. Ou quand il cuisine pour ses tables d’hôte, en dessous de vingt personnes. «Mais je me rends compte que les gens me préfèrent en salle, où je peux expliquer les vins.» Il est vrai qu’il en parle fort bien.

Château Rochefort, Allaman
Bar-terrasse ouvert les jeudi, vendredi et samedi de 17 h à 20 h, et le samedi matin de 10 h à 13 h.
www.chateau-rochefort.ch

(24 heures)

Créé: 19.05.2017, 09h19

Cinq ans en Lavaux

Anne Bussy a été la première indépendante à gérer l’accueil dans un domaine de la Ville. Au Domaine de Burignon, deux suites et un appartement offrent une vue sublime sur le Léman. Une salle permet l’accueil de séminaires (jusqu’à 25) ou de mariages (jusqu’à 50). «On a deux événements par semaine en moyenne», explique la maîtresse des lieux qui y cuisine pour les groupes jusqu’à 20 personnes. L’équipe de création de la Fête des vignerons y a passé deux fois une semaine. Et la Terrasse ouvre ce vendredi avec sa proposition de vins de Lausanne et de petites gourmandises. Ce samedi, à 18 h, Stéphane Blok et Blaise Hoffmann viendront y conter Deux décis d’odyssée pour le vin de mai.

Domaine du Burignon, Saint-Saphorin
Terrasse ouverte de mai à septembre, les jeudi, vendredi et samedi, de 17 h à 21 h.

www.burignon.ch

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La caisse maladie demande aux thérapeutes de revoir leurs tarifs à la baisse «pour correspondre aux conditions du marché». Si tel n'est pas le cas, leurs prestations ne seront pas remboursées. Paru le 23 août.
Plus...