La diolle ressuscitée est en pleine forme

PatrimoineIl ne restait que deux ceps de ce cépage valaisan oublié. La première cuvée est enfin sortie de cave.

La diolle a une grappe très serrée qui peut être propice au pourrissement sur un terroir non ventilé par le vent. Le premier millésime, à droite, prouve les vertus du cépage.

La diolle a une grappe très serrée qui peut être propice au pourrissement sur un terroir non ventilé par le vent. Le premier millésime, à droite, prouve les vertus du cépage. Image: LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’était l’autre jour, chez Didier Joris, à Chamoson. Une vingtaine de privilégiés étaient invités à déguster la première cuvée commercialisée de diolle, un ancien cépage blanc valaisan sauvé par miracle, dans une de ces histoires comme celle du Plant Robert ou du servagnin de Morges. Le dépositaire du patrimoine, c’était Germain Héritier, à Savièse, dont un mur de pierres sèches abritait depuis des décennies deux ceps inconnus. En 2005, le vigneron appelle José Vouillamoz, l’ampélographe spécialiste de l’ADN des cépages, celui-là même qui a prouvé que le chasselas était lémanique. Après analyse, puis recherche dans les vieux grimoires, le biologiste découvre qu’il s’agit de la diolle, née sur la colline de Diolly, fille de la rèze et d’un père inconnu. On fête ça avec une demi-bouteille issue des deux ceps, et l’Agroscope de Changins se charge de la conservation de cette vigne autochtone.

En 2012, le vigneron et œnologue Didier Joris propose une vigne de 300 m2 à José Vouillamoz, qui choisit, évidemment, d’y planter de la diolle, multipliée par un ami pépiniériste et grâce à l’autorisation de l’Office de la viticulture. Première année, et premier échec en 2013 avec un porte-greffe qui rejette son nouvel hôte. Les deux amis récoltent… une grappe, qu’ils vinifient et dont ils dégustent les 2 dl produits. Ils sont conquis par la fraîcheur du vin, cette acidité élégante. «À l’heure du réchauffement climatique, nous avons besoin de vins qui ne deviennent pas trop riches, trop lourds», explique l’œnologue.

Cuvée ultralimitée

Ils replantent donc avec un nouveau porte-greffe en 2015 et récoltent en 2017 huit kilos de cette précieuse diolle qui les séduit toujours plus. En 2018, la première véritable vendange a donné 144 bouteilles selon la vinification voulue par le propriétaire: pas de levurage, élevage sans bois (en dame-jeanne pour cette fois) et embouteillage sans bouchon de liège (c’est de la capsule). Cette cuvée ultralimitée et numérotée a donc un prix sérieux, 110 fr. la bouteille. Et il n’en reste déjà quasi plus.

Marie-Thérèse Chappaz, présente à la dégustation, parle d’un «coup de cœur», avec des arômes de citron, de poire, une bouche charnue et une sensation tannique. Caroline Frey, l’œnologue du Château La Lagune ou de Paul Jaboulet, apprécie cette fraîcheur, comme Pierre-André Roduit, chef de l’Office de la viticulture, pour qui «cette acidité va jouer en sa faveur avec les augmentations de température. On aura des vins frais et vifs.» Autour de la table, on parle d’agrumes, d’orange, de mandarine, de fleurs blanches, d’épices, de poivre blanc, de résine de mélèze. La bouche a un joli gras qui enrobe la fraîcheur, et une longueur appréciable.

«À l’heure où on développe de nouveaux cépages dans les laboratoires, il est aussi intéressant de se pencher sur ceux qui étaient adaptés à notre climat au cours de l’histoire, avance José Vouillamoz. On va continuer à développer notre bébé. D’ailleurs, on en a replanté avec un total de 566 m2, soit la plus grande vigne de diolle du monde.»

Dans l’AOC?

Ce cépage tardif (deux semaines après le chasselas) «aurait toute sa place dans l’AOC Valais, ce serait logique.» Didier Joris rêve de l’élever sous bois, mais le propriétaire unique tonne avec un grand sourire: «Moi vivant, jamais!» Il veut lui conserver la pureté cristalline de ce vin de patrimoine.

Pour sa sortie, les papas ont prévu une jolie boîte en bois qui contient également deux bandes dessinées qui expliquent la renaissance de la diolle.

Créé: 05.09.2019, 15h48

En obtenir

Limitée à une bouteille par acheteur, la cuvée est difficile à obtenir. Essayez www.didierjoris.ch.

Articles en relation

Le chercheur ne cesse de réfléchir que pour en rire

Portrait Le Valaisan José Vouillamoz, célèbre pour ses études sur l’ADN des cépages, commence une nouvelle vie dans le vin. Plus...

Ce que raconte l’ADN des cépages suisses

Terroir Généticien de la vigne, José Vouillamoz publie une bible sur 80 des 252 sortes de raisins cultivés ici. Et égratigne au passage quelques légendes sur l’origine de plants patrimoniaux. Plus...

Les (trop) nombreux cépages suisses

Terroirs La star de l’ampélographie José Vouillamoz publie une bible sur 80 des 252 sortes de raisins cultivés ici. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.