Garder l’alcool en mémoire

TerroirsÀ Porrentruy, le Musée de la distillation garde 220 alambics et toute une histoire.

Alain Perret devant le mur d’alambics qui sert de décor au show multimédia du musée.

Alain Perret devant le mur d’alambics qui sert de décor au show multimédia du musée. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est une histoire de passion et de rencontres, comme savent les faire les Jurassiens. D’un côté, il y a Alain Perret qui avait repris le domaine agricole de ses parents à Porrentruy et y avait planté 10 000 arbres fruitiers il y a trois décennies pour trouver un nouveau débouché. Mais le prix offert pour ses pommes chute au début des années 90. Il se diversifie, ouvre un petit magasin de vente directe, accueille des produits du terroir. Ses vergers accueillent des variétés de pommes des plus précoces aux plus tardives, des poiriers, des cerisiers, des pruniers, des mirabelliers et, évidemment, des damassiniers dans cette région d’Ajoie qui distille si bien leurs fruits délicats. Les affaires marchent, la part de vente directe augmente régulièrement depuis 2002 et l’ouverture du magasin d’Ô Vergers d’Ajoie.

Aujourd’hui, il cultive 10 hectares de fruits, dont 1200 damassiniers, ce qui doit en faire le plus gros producteur du monde, sourit-il. Comme il est également président de l’Interprofession de la damassine, qui possède une AOP depuis 2010, il imagine ouvrir une maison pour la mettre en valeur (et amener chez lui des nouveaux clients aussi). Ses visites en France l’amènent à imaginer un centre didactique.

Les alambics dissimulés

De l’autre côté de l’histoire, il y a… la Régie fédérale des alcools, créée en 1887 pour lutter contre le fléau de l’alcoolisme. Elle fait l’inventaire des alambics présents en Suisse par milliers, lance des actions pour faire manger les pommes plutôt que de les boire, aide à l’arrachage des vergers. Puis la régie lance, au début du XXe siècle, une grande entreprise de rachat des alambics des particuliers, qui sont alors envoyés chez Alcosuisse, à Delémont, pour être détruits et transformés en bloc de cuivre. Jusqu’aux années 50 où les employés d’Alcosuisse rechignent à la tâche et conservent les plus belles pièces dans leur sous-sol après avoir fait croire à Berne qu’elles avaient été détruites. Au fil des décennies, le sous-sol s’enrichit de dizaines de distilleuses jusqu’à ce que Pierre Schaller, le directeur d’Alcosuisse, montre son trésor au Conseil fédéral en course d’école en 1987. Naît alors l’idée d’un musée de la distillation au Jura, mais rien ne bouge.

Rencontre décisive

En 2011, un appel à projet est lancé pour mettre en valeur ces alambics, qui croise le projet de maison de la damassine d’Alain Perret. L’histoire peut démarrer en 2013 dans une belle concentration d’énergies et de partenaires qui vont trouver 4,8 millions pour la création d’un Musée des fruits et de la distillation. La Commune rénove le chemin, crée un arrêt de bus à proximité.

Politiquement correcte en période de chasse à l’alcool, la fondation a rajouté les fruits à l’alcool, avec une grange didactique dédiée à la pomme, à la poire, à l’abricot, à la cerise… et à la damassine, ainsi que de leur transformation tant culinaire qu’alcoolique. La partie plus enivrante donne peu d’informations sur les machines à distiller exposées, puisque leur documentation a disparu. Mais un show multimédia sur la politique fédérale en matière d’alcool les utilise comme décor de luxe. À terme, il devrait y avoir 15 000 visiteurs par année. «Nous nous sommes d’abord concentrés sur la région, explique Alain Perret, il faut que je trouve du temps pour prospecter plus large.»

Évidemment, le magasin de vente directe s’est transformé en une superbe Halle aux gourmandises qui vend des produits locaux ou régionaux, dont les fruits d’Alain Perret qui n’en est plus le responsable, fondation oblige. Il y passe pourtant l’essentiel de sa production de pommes, 150 tonnes par année.


Ô Vergers d’Ajoie

Combe Bruequelin 27, Porrentruy.

Ouvert du mardi au dimanche de 10 h à 18 h. Entrée adulte: 10 fr.

www.overgersdajoie.ch

Créé: 03.08.2019, 16h04

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.