A l’Hôtel de Ville de Bussigny, mets de brasserie et cuisine d’ici

Le coup de fourchetteRepris par Thierry Piotet ce printemps, l'adresse propose un accueil chaleureux et une carte joliment éclectique.

Thierry Piotet, gérant, sur la terrasse couverte qu’il aménage petit à petit: «Je viens de planter du basilic!»

Thierry Piotet, gérant, sur la terrasse couverte qu’il aménage petit à petit: «Je viens de planter du basilic!» Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La grande terrasse couverte? La petite terrasse cosy? Le bistro? Ou la salle à manger? A l’Hôtel de Ville à Bussigny, repris en avril par Thierry Piotet, il y a l’embarras du choix lorsqu’il s’agit de s’asseoir. Même chose une fois le menu ouvert: des «saladiers» pour l’été, des mets de brasserie, des pizzas et six propositions, dont une végétarienne, qui changent chaque semaine.

On y pioche d’ailleurs une soupe froide de tomate et son sorbet pour commencer. Epaisse, elle ressemble plus à une sauce tomate qu’à un gaspacho. Le sorbet, chargé en sucre, apporte néanmoins une fraîcheur bienvenue. En face, le cocktail de crevettes, agrémenté d’écrevisses du lac, est servi avec un guacamole qu’on aurait souhaité plus épicé et une saladine, dont la sauce vaut le détour (14 fr. 50).

«Nous souhaitons proposer une cuisine de brasserie, familiale, avec des produits les plus locaux possibles. Bref, la cuisine de nos grands-mamans», détaille le gérant. Et la langue de bœuf plaide en sa faveur (22 fr.). Une viande savoureuse, une cuisson parfaite et une sauce aux câpres qui réussit à être légère, avec une touche d’acidité qui vient titiller les papilles. La fourchette ne veut plus cesser les allers-retours entre la purée de pommes de terre et la bouche. Les légumes du marché sont frais, croquants et goûteux.

On a bel et bien l’impression d’être à table chez mémé. La sauce à la crème et au citron des escalopines de veau nous fait oublier que nous les aurions préférées plus rosées (39 fr.). Les frites maison, servies avec la peau, sont croustillantes à souhait.

On ne peut résister à la tentation d’une crème brûlée au fruit de la passion. Sous une fine couche de sucre craquante, la crème a une consistance parfaite et son parfum exotique donne à la terrasse bussignolaise des petits airs de vacances.

A travers l’accueil chaleureux, les bons conseils pour les choix du vin et le service efficace, filtrent les treize années d’expérience dans la restauration de Thierry Piotet.

Créé: 14.07.2017, 09h09

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Maintes fois reportée, l'ouverture d'Aquatis aura lieu finalement fin octobre. En attendant, les prix qui seront pratiqués alimentent déjà les discussions sur Internet.
(Image: Bénédicte) Plus...