A Lausanne, Suku propose sa cuisine du sud de l’Inde en version chic

Le Coup de fourchetteL'ancien cuisinier du Nandanam a ouvert une adresse élégante où il propose une carte courte mais si goûteuse et légère.

En salle, Marc Wendenburg sert la belle cuisine du chef Karikkinkattil Sukumaran, alias Suku.

En salle, Marc Wendenburg sert la belle cuisine du chef Karikkinkattil Sukumaran, alias Suku. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On avait connu Suku cuisinier au Nandanam, ce restaurant qui casse depuis quelques années les codes de la cuisine indienne sous nos latitudes dans un décor de bistrot urbain, avenue Ruchonnet. On le retrouve désormais de l’autre côté de la gare, sur l’avenue du même nom, à l’enseigne de Suku’s Restaurant, reprenant l’emplacement de L’Indécis.

Chez Suku aussi, la surprise est au rendez-vous avec un décor qui change des habituels indiens de la région. Un intérieur dépouillé (presque trop: les sons portent beaucoup), un nappage élégant, des assiettes au design étudié. Le service, professionnel, connaît encore quelques imprécisions en ces premiers jours d’ouverture, mais compense par beaucoup de gentillesse et d’amabilité.

A midi, trois plats du jour (dont un végétarien) à une vingtaine de francs permettent l’efficacité et la rapidité. L’autre jour, l’aubergine farcie aux légumes était justement épicée, l’agneau au poivre et coco fondait sous la dent.

Cuisine fine et moderne

Le soir, place à une carte courte et originale, qui propose une «cuisine moderne et fine du sud de l’Inde». En entrée, le chicken cigare renferme sous une feuille de chou un très joli mélange de poulet haché et de légumes dont les épices sont justement dosées (15 fr.). La ginger beef salad propose de fines tranches de bœuf cru marinées au gingembre dans une salade où la fraîcheur le dispute à de belles variations exotiques (16 fr.).

La carte fait une part belle aux propositions végétariennes, évidemment. Le bagan bartha est voluptueux, avec sa purée d’aubergine au gingembre et ail (26 fr.). Les goûts de chaque assiette sont francs, différents et piquants juste ce qu’il faut. Les grosses crevettes tigres sont croquantes, parfaitement nacrées, dans leur curry au poivre rouge, très onctueux (36 fr.). Là aussi, des accompagnements de légumes sont agréables. Enfin, le naan à l’ail (5 fr.) est réussi, fin et odorant.

La carte des vins est courte, avec des déclinaisons au verre agréables. Les amateurs pourront préférer une bière indienne. (24 heures)

Créé: 08.04.2016, 11h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Maintes fois reportée, l'ouverture d'Aquatis aura lieu finalement fin octobre. En attendant, les prix qui seront pratiqués alimentent déjà les discussions sur Internet.
(Image: Bénédicte) Plus...