À Leysin, le sel retourne à l’(huile) essentielle

TerroirsFrédérique Recordon a lancé sa marque Vallée des Sens où elle combine huiles essentielles et cuisine.

Dans le laboratoire qu’elle partage avec un chocolatier, Frédérique Recordon mélange ses huiles essentielles et ses ingrédients.

Dans le laboratoire qu’elle partage avec un chocolatier, Frédérique Recordon mélange ses huiles essentielles et ses ingrédients. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Frédérique Recordon aime autant la cuisine que la santé. Normal, la native de Chavornay a toujours aimé les petits plats et elle a commencé sa carrière comme technicienne en radiologie, avant de travailler dans la recherche clinique en cardiologie au CHUV. Ce qui n’a pas empêché la maman de deux petites filles de 5 ans et demi et 3 ans de lancer sa propre entreprise, Vallée des Sens, après deux ans de préparation, mêlant goûts et huiles essentielles.

En fait, Frédérique a fait deux rencontres marquantes dans sa vie. L’une s’est passée à Leysin, pendant ses vacances de ski, où elle a rencontré son futur mari, originaire de la station où ils viennent de terminer la construction de leur joli chalet avec vue sur la vallée. L’autre s’est passée avant de partir plusieurs mois dans un de ses voyages en Inde. Comme elle craignait d’y tomber malade, une collègue lui a proposé de l’aromathérapie, cette discipline de la phytothérapie qui soigne avec les huiles essentielles de plantes. «J’ai passé quatre mois là-bas dans des conditions très simples et je ne suis jamais tombée malade. C’était génial. J’ai bien attrapé la malaria, mais les plantes ne peuvent rien contre le parasite.»

Dix ans d’apprentissage

Cela fait donc une dizaine d’années que la jeune femme se forme en aromathérapie, qu’elle prépare ses mélanges d’huiles essentielles avec lesquelles elle soigne aujourd’hui toute sa famille, du sirop pour la toux au parfum antistress. Des amis s’y intéressent et lui demandent l’une ou l’autre préparation. «Beaucoup de ces plantes viennent d’Inde, d’ailleurs, et sont utilisées là-bas.»

Surtout, la passionnée de cuisine commence à intégrer ses huiles essentielles dans les plats qu’elle mitonne. «C’est assez fort en goûts et je me suis dit qu’il fallait que je trouve un support pour transférer ces produits.»

De Leysin aux Salines de Bex, il n’y a que quelques kilomètres et l’idée lui vient naturellement: «J’avais fait des essais avec le sucre mais il fondait avec les huiles. Le sel, lui, ne se désagrège pas et je trouvais intéressant de travailler avec un produit de la région.» Elle concocte cinq recettes à partir de ce sel des Alpes, d’huiles essentielles, d’herbes, d’épices et de fleurs, entre esprit méditerranéen, asiatique ou alpestre. «Ils contribuent au bien-être de ceux qui les consomment mais ce n’est pas le but recherché. Je n’ai réfléchi qu’en termes de goût.» C’est aussi dans cet esprit qu’elle a conçu cinq miels aromatisés. Son problème, elle ne travaille qu’avec des ingrédients bios, et il existe très peu de miels suisses qui soient garantis. Elle a donc recours à des douceurs étrangères. Et elle fait des essais pas encore aboutis sur des sirops de sucre de canne ou d’agave.

Le bien-être en parfums

Les amateurs de produits davantage orientés santé ne sont pas oubliés, puisque Frédérique a décliné toute une série de parfums d’ambiance aux vertus différentes, de la lutte contre les maladies hivernales jusqu’à l’aphrodisiaque. Idem pour une gamme d’huiles de massage et une autre de roll-ons, dont on passe la bille au creux du poignet, sous les pieds ou sur le creux du thorax.

Les préparations, elle les fait dans le laboratoire du parrain de sa fille, chocolatier. Les étiquettes ont été élaborées avec le chimiste cantonal, le graphisme fait grâce à internet et la marque lancée au Kuklos, sur les hauts de Leysin, en compagnie des Jeux olympiques de la jeunesse. La jeune femme ne manque ni d’ambition ni d’esprit d’entreprise. Et les premiers retours des magasins où elle a placé ses produits sont bons.

Créé: 05.10.2019, 10h29

Articles en relation

La pavlova de Djellza, la Vaudoise en lice pour «Le Meilleur pâtissier» de M6

Gastronomie Video La jeune femme de Penthalaz est la première participante vaudoise de l’émission française. En vidéo, elle nous livre sa recette préférée. Plus...

La touche féminine signée Brigitte Violier

Gastronomie L’ancienne patronne de Crissier retrouve le bonheur de travailler en équipe en devenant directrice artistique. Plus...

La salée au sucre est le plus délicieux des oxymores

Gastronomie Dans ce dixième épisode, notre journaliste Julie Kummer dévoile la recette de ce traditionnel gâteau à la crème au nom contradictoire. Plus...

L'adresse

www.valleedessens.ch


Au catalogue aujourd'hui,


  • cinq sels aromatisés

  • cinq miels aromatisés

  • neuf parfums d'ambiance

  • cinq huiles de massage

  • neuf roll-ons

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...