Un limoncello artisanal concocté à Lutry

TerroirCopains d’enfance, Mark Mestre et Joachim Camponovo partagent un atelier où est née leur version de la liqueur composée de citrons siciliens.

Mark Mestre et Joachim Camponovo partagent le même esprit d’entrepreneur.

Mark Mestre et Joachim Camponovo partagent le même esprit d’entrepreneur. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Entre eux, ils s’appellent «bouchon». «L’expression est née quand j’ai tenté de prononcer en norvégien le mot «frère», à l’époque où Mark est revenu d’Oslo où vit une partie de sa famille», se souvient en rigolant Joachim Camponovo. Ces deux bons vivants, copains depuis l’enfance, terminent naturellement les phrases l’un de l’autre, une manie qui fait bien rire leurs compagnes respectives. Depuis deux ans, ils partagent un atelier à la Croix-sur-Lutry. Ébéniste, Joachim Camponovo fabrique du mobilier en bois. Mark Mestre se consacre à la peinture et à l’illustration, à côté de son autre emploi dans la vente. Alors que vient faire le limoncello dans cette histoire? «On a les deux un esprit d’entrepreneur et on ne craint pas de se lancer dans de nouveaux projets, de se donner les moyens», précise l’Américano-Norvégien.

L’idée de cette liqueur naît en sirotant le célèbre breuvage italien à la fin d’un repas. «Brasser de la bière, c’était déjà trop à la mode. Alors que le limoncello artisanal, par contre, n’est pas encore couramment proposé à la vente.» Joachim Camponovo récupère une recette de sa tante originaire de Bologne, et tente une première déclinaison dans sa cuisine. «Un échec, admet-il. Beaucoup trop alcoolisé!»

Si la préparation n’est pas compliquée, il s’agit tout de même de trouver le bon équilibre entre les ingrédients. La star de la préparation reste le citron. Les deux amis s’approvisionnent chez un épicier de Cully qui fait venir les fameux citrons à la peau épaisse directement des cultures familiales de Sicile. «On souhaitait collaborer avec un fournisseur local qui connaît parfaitement la provenance de ses produits.» Les essais se poursuivent et aboutissent en automne dernier. Le duo utilise six citrons pour un litre d’alcool pur de bouche. Chacun épluche délicatement leurs zestes en évitant de prélever la peau blanche, connue pour être très amère. Le zeste macère dans l’alcool avec un tout petit peu de jus de citron pendant un mois. Une fois filtré, le liquide à la jolie teinte plus ou moins jaune selon la couleur des citrons est mélangé à un sirop. «Le but est d’arriver à une concentration de 40 degrés», poursuit Joachim Camponovo.

Étiquettes originales

Le nectar finalisé, il fallait encore lui trouver un packaging à leur image. Mark Mestre a laissé libre cours à son coup de crayon pour dessiner leurs deux portraits – chapeau vissé sur la tête façon Al Capone – imprimés sur l’étiquette de la bouteille. Et forcément quand deux «bouchons» créent du limoncello, le résultat ne pouvait que s’appeler «Bouchello». «C’était une évidence», confirme le duo. Fort d’un bon réseau dans la région, les deux habitants de Lutry choisissent d’écouler leur marchandise en vente directe. «C’est l’occasion de discuter avec les gens, et de passer un bon moment», explique Joachim Camponovo. À l’heure de présenter pour la première fois leur boisson à grande échelle au marché de Noël de Lutry en décembre, ce dernier a finalement été annulé. «Nous avions nos 100 bouteilles et notre stand prêts. Nous l’avons simplement installé dans notre atelier et tout est parti en quelques heures». Mis à part un point de vente à Lausanne, les deux amis ont choisi d’organiser trois fois par an des portes ouvertes dans leur atelier à la rencontre de leurs clients. L’occasion aussi de distiller leurs recettes de cocktails. «Le limoncello se marie très bien avec du champagne ou du tonic pour l’apéritif.» (24 heures)

Créé: 23.03.2019, 11h16

Bouteille de 500 ml: 35 fr.

Point de vente lausannois: Enzo’s Kiosque

Prochaine portes ouvertes à l’atelier de la Croix-sur-Lutry: sa 13 avril (dès 14h)

Page Facebook Bouchello

La méthode


Le duo prélève le zeste de citrons siciliens, réputés pour la production du limoncello.



Le zest est mélangé à de l’alcool pur et un petit peu de jus de citron.



Le mélange est conservé au frais et macère pendant un mois.



Mark Mestre a dessiné le logo de son «Bouchello». Tout est fait par les deux copains.

Photo: Florian Cella

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.