Passer au contenu principal

Au Lion d’Or à Burtigny, on fait simple. Et on le fait bien

Allez y manger un rumsteak, ils sont parfaits!

Robert Bubloz propose avec grande maîtrise une carte typique d’une Auberge Communale.
Robert Bubloz propose avec grande maîtrise une carte typique d’une Auberge Communale.
JEAN-PAUL GUINNARD

Il n’y en a plus tant que ça, de ces auberges traditionnelles où l’on se contente de faire bien, et avec passion, les plats classiques que l’on attend de ces lieux. Ici l’on tente la bistronomie, là, c’est chinois. Plus loin, aux contreforts du Jura, on s’essaie même à la gastronomie de palace. Et la fondue, la viande rouge, la salade verte, les frites, la tarte aux pommes, bon sang? Pour les amateurs de choses simples, pousser la porte de Robert Bubloz, au Lion d’Or à Burtigny, pourrait être une excellente idée.

On y croise tout le village, de la famille d’expat’ aux agriculteurs. C’est l’une de ces adresses sûres où l’on va les yeux fermés en sachant déjà que, de toute façon, on prendra le pavé de rumsteck de 200 grammes avec le beurre maison, les frites, la salade et les légumes. Tout simplement parce que le premier est tendre à souhait et toujours parfaitement cuit, que le second, très réussi, arrive généreusement dans un bol à soupe, que les troisièmes sont allumettes, dorées et croquantes comme il faut, et que les derniers sont frais, taillés et cuisinés avec soin. Avec cela, le pinot-gamay produit à Luins par Frédéric Bubloz, le frère du patron, sied parfaitement.

Vigneronne et bourguignonne

Mais comme on n’hésite jamais à retourner chez Robert Bubloz, on a quand même fait le tour de la carte. Avec grand plaisir. A commencer par ses fondues, vigneronne et bourguignonne notamment. La viande est bonne, ce n’est même plus une surprise. Mais il faut voir arriver les sauces juste avant. Elles sont toutes faites maison et délicieuses, il y en a une petite dizaine avec, au milieu, un bol de mayonnaise nature pour doser soi-même la puissance de ces préparations. On n’oubliera pas non plus la cochonnaille et les abats (pieds de porc, tête de veau…), là encore plats traditionnels agréables sur la carte d’une auberge.

On ajoutera encore un service aussi sympathique que les desserts (notamment le moelleux au chocolat), des prix doux et l’excellente idée de laisser la cuisine ouverte non-stop le dimanche. Bref, réservez avant de grimper, ça vaut mieux!

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.