Manger sous la tonnelle du Café de la Place

L’Esprit des pintesÀ la (re)découverte des bistrots emblématiques de notre canton.

Une partie de l’accueillante équipe: Pedro Silva Costa et Sonia Trabelsi au service, et Sumit Kumar aux commandes.

Une partie de l’accueillante équipe: Pedro Silva Costa et Sonia Trabelsi au service, et Sumit Kumar aux commandes. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sa façade montre les signes du temps: normal, puisque la bâtisse date de 1592. Mais pas de ravalement façon mauvais maquillage sur une peau âgée: au Café de la Place, à Corsier, on ne triche pas. Un écriteau peint de longue date sur le crépi annonce le propriétaire «M. Volet», soit Michel, père de l’actuelle patronne et du député Pierre Volet. C’est en 1959 que la famille achète cette bâtisse typique de l’architecture bernoise, et qui abrite une pinte depuis… 1783! L’idée est d’offrir le couvert, mais également le gîte, en vue de l’Exposition nationale de 1964. C’est ainsi que naît le Café-Hôtel de la Place deux ans plus tôt. Depuis 1981, Michel a cédé les rênes à sa fille. Résultat: certains ne disent plus se rendre au Café de la Place mais plutôt «chez Francine».

Ce charme de l’authentique saisit dès que l’on aperçoit la terrasse, ombragée du soleil grâce à la vigne. Il faut avoir vécu une fois l’apéro là sous la tonnelle ou mangé dans la tiédeur de la nuit tombante, baignée des petites loupiotes multicolores rappelant les bals musette ou le sud de la France.

Comme une discothèque avec ses dance floors, le Café de la Place propose quatre ambiances au gré de son agencement: outre la terrasse, sa salle principale est divisée entre un côté davantage bistrot et un restaurant plus cosy, où l’on mange la même carte, tout comme au carnotzet, tout en pierre (à rejoindre par un escalier fort escarpé).

À l’entrée, trône la traditionnelle «table des menteurs», attribut typique des bistrots vaudois. Bernard Rollandin la nomme ainsi même sans avoir vu qu’un écriteau en bois le stipule juste derrière son épaule. Ses amies Catherine Pfister et Laurence Tedeschi le charrient: «C’est sûrement toi le plus menteur de tous!» Avec sa voix chantante du Sud, il rétorque: «À Marseille, on ne ment pas: on se trompe et on économise la vérité!» Riant de bon cœur avec eux, Thomas Geiser se dit être un fidèle client du Café de la Place: «Je viens pour lui!» désignant le très chaleureux bras droit de la patronne, Sumit Kumar, qui travaille là depuis plus de dix ans. Mais c’est également pour la cuisine que Thomas Geiser vient souvent depuis Blonay se restaurer au Café de la Place: «On y mange très bien, surtout l’entrecôte maison! Qui est servie avec des frites allumettes: il est rare d’en trouver d’aussi bonnes!»

À l’image des rires de Thomas Geiser et de ses acolytes, ou de l’immense tablée présente le même jour mais le soir, dans un restaurant bondé même en semaine, l’ambiance est bon enfant au Café de la Place. Les deux spécialités incontournables sont les filets de perche et l’entrecôte maison. La viande est servie sur réchaud, juste saisie, baignant dans un beurre café de Paris, laissant le soin au client d’affiner lui-même la cuisson grâce au réchaud. Les filets de perche viennent du lac. «Nous avons de la chance: c’est le pêcheur Grandchamp, à La Tour-de-Peilz, qui nous les fournit! se réjouit Sumit Kumar. S’il n’y en a plus du lac, nous avertissons les clients qu’ils peuvent malgré tout en avoir, mais alors de l’étranger.» Ce poisson du Léman, préparé au Café de la Place, a un amateur en la personne de… Stan Wawrinka! «Il a dit que c’étaient les meilleurs qu’il ait jamais dégustés et en a mangé deux assiettes!» sourit Sumit Kumar. Qui, au rayon stars, accueille régulièrement le pilote automobile Sébastien Buemi. Si Geraldine Chaplin habite à deux pas, son père «n’est venu que quelques fois manger, mais, depuis la terrasse, on le voyait souvent déposer ses lettres à la poste juste en face», constate Nicole Beausire. En hommage au génial artiste, quelques touches au mur, comme un Charlot en policier, ou des photos des fresques Bouroullec sur les tours de Gilamont.

Habitante depuis cinq décennies de la rue Centrale, à deux pas, Nicole Beausire est «amie très proche depuis quarante ans de la patronne, Francine, qui s’est fait opérer ces jours de la main. Ce bistrot n’a pas changé!» «Il n’y en a plus beaucoup comme celui-ci, appuie Sumit Kumar. Et les personnes âgées s’assoient souvent à la table des menteurs.» «Oui, mais le café-pomme, c’est fini! rit Nicole Beausire. Ils ne viennent plus le matin, mais en fin d’après-midi pour l’apéro.» Où se rencontrent ouvriers comme directeurs, ou touristes, plus nombreux depuis que le Musée Chaplin a ouvert. (24 heures)

Créé: 09.06.2019, 14h22

Café de la Place
place du Temple 5
1804 Corsier-sur-Vevey
www.hotel-de-la-place.ch

Depuis la terrasse, les clients des années 70 apercevaient souvent Charlie Chaplin amener son courrier à la poste située à deux pas.

Le soir, les petites loupiotes multicolores disposées dans la vigne de la tonnelle rappellent les bals musette ou le sud de la France. (Image: Jean-Paul Guinnard)

À la table des menteurs, le fidèle client Thomas Geiser (à g.) est accompagné de Catherine Pfister, Bernard Rollandin et Laurence Tedeschi.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.