Marc Veyrat récupère ses trois étoiles Michelin

GatronomieIl est couronné, ainsi que Christophe Bacquié, chef de l’Hôtel du Castellet (Var).

Marc Veyrat il y a quelques années, lorsqu'il ouvrait sa fondation à Manigod.

Marc Veyrat il y a quelques années, lorsqu'il ouvrait sa fondation à Manigod. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Marc Veyrat rejoint le club fermé des grandes tables de France. Il reçoit les trois étoiles Michelin qu’il convoitait après quelques années d’abstinence volontaire…

Lorsqu’il quitte sa Maison bleue à Veyrier-du-Lac, il perd automatiquement ses triples macarons. «Cela n’a pas d’importance, confiait-il. Je vais créer, dans la ferme de mon père à Manigod, un restaurant qui célébrera la nature. Je quitte sans regret le monde des guides gastronomiques…»

Sa Maison des Bois, au-dessus du col de la Croix-Fry, réunit un restaurant gastronomique et des chambres cosy dans de petits chalets. Établissement luxueux qui ne figure donc pas dans le guide rouge.

Manque de chance, le bâtiment principal est détruit par un incendie et le chef savoyard reconstruit, en mieux, son restaurant. Et il se lâche: «Ma disparition du Guide Michelin m’a donné l’impression d’être abandonné… C’est trop dur de disparaître comme cela de la scène. Je demande ma réintégration!»

Un abîme de bonheur gustatif
Ce sera chose faite dans l’édition 2017, avec deux étoiles, la troisième couronnant aujourd’hui l’immense talent de ce cuisinier hors norme. Une décision d’une logique implacable. Marc Veyrat n’a jamais été aussi dynamique, créatif, il nous plonge dans un abîme de bonheur gustatif.

Marc Veyrat n’est pas le seul chef célébré au plus haut niveau par le Michelin. Christophe Bacquié est le second triple étoilé de l’année. Il opère au Monte Christo, restaurant gastronomique de l’Hôtel du Castellet, dans le Var.

Corse d’origine, il fait ses premières armes à l’Oasis de la Napoule, avant de rejoindre son île. Il devient meilleur ouvrier de France en 2004 et obtient une puis deux étoiles à l’hôtel Relais & Châteaux La Villa , à Calvi. Il les conserve lorsqu’il s’installe au Castellet en 2009.

Sa troisième étoile, il la doit à l’excellence de ses produits, à ses cuissons d’une grande précision et à des mariages d’une belle originalité. On garde un souvenir ému d’un remarquable repas en juin 2012. (24 heures)

Créé: 05.02.2018, 19h12

Articles en relation

Guide Michelin: trois étoiles attendues pour Marc Veyrat

Gastronomie La Maison des Bois à Manigod, en Haute-Savoie, obtiendrait trois étoiles dans l'édition 2018 du guide Michelin France. Plus...

Marc Veyrat: «Le feu ne nous aura pas. On va repartir!»

Haute-Savoie Quelques heures après l’incendie de son établissement de Manigod, le chef très affecté s’est lancé un nouveau défi, reconstruire. Plus...

Le restaurant de Marc Veyrat détruit par les flammes

Mardi, à 2h du matin, un incendie s'est déclaré dans «La Maison des Bois» de Marc Veyrat, à Manigod. Une soixantaine de sapeurs-pompiers ont été mobilisés pour venir à bout du sinistre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.