Le marché des vingt-six cantons suisses

TERROIRSAlexandra et Guillaume proposent des spécialités artisanales de tout le pays dans leur magasin lausannois.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Tout est né d’un petit ours bernois aux amandes, celui qu’Alexandra ramenait toujours de ses voyages professionnels à Guillaume, son amoureux rencontré alors qu’ils étudiaient tous deux à l’Ecole hôtelière de Lausanne. La jeune Française voyage beaucoup à travers la Suisse depuis qu’elle s’occupe d’immobilier commercial, et les läckerli bâlois, les biberli saint-gallois et d’autres spécialités suisses sont venus s’ajouter aux petits ours dans la valise d’Alexandra. «Guillaume et moi, quand on voyage, c’est une des premières choses qu’on visite: les épiceries, les pâtisseries et autres lieux gourmands.»

Et puis, un jour, est venue l’idée de l’épicerie 100% suisse. «On arrive à trouver ici des produits portugais, nord-africains ou sud-américains, mais pas des spécialités de notre propre pays, c’est incroyable.» Le jeune couple (il s’est marié cette année) ne veut que de l’authentique, de l’artisanal. Pendant plus d’une année, Alexandra et Guillaume parcourent la Suisse chaque week-end, à la recherche d’artisans, de spécialités, de producteurs. «On se renseignait beaucoup sur Internet avant d’aller rencontrer ces producteurs. Mais ces derniers nous indiquaient aussi souvent d’autres artisans de qualité.»

Les deux découvreurs se rendent compte de l’incroyable Röstigraben culinaire qui divise le pays. «Quand on ramenait des produits à nos amis, ils étaient tout étonnés. Il y a bien sûr certaines spécialités très connues, mais d’autres sont complètement ignorées.» Heureusement, Guillaume parle le suisse allemand, Alexandra l’italien, et ils peuvent se débrouiller dans les coins les plus reculés de Suisse. «On s’est retrouvé sur des alpages où les gens ne parlaient même pas le Hochdeutsch, s’amuse Guillaume. Mais tous ont été enthousiastes quand on leur parlait de notre projet.»

Depuis ce printemps, en haut de la rue du Petit-Chêne, Helvetimart accueille les produits de 170 fournisseurs, classés par canton, dans un décor moderne et stylisé. Guillaume a troqué son boulot pour celui de vendeur et de fournisseur d’explications. Il fabrique aussi tous les matins d’excellents sandwiches avec ses spécialités suisses. Alexandra l’épaule pour l’administration. «Nous avons eu pas mal de problèmes logistiques puisque, souvent, leur réseau de distribution s’arrête à leur région.»

Clientèle suisse

«On a bien démarré, se réjouit Alexandra. Mais l’été est forcément un peu plus creux en termes de fréquentation.» Les clients sont majoritairement Suisses, les touristes ne s’intéressant pas forcément aux différences entre cantons. «Mais les Chinois aiment bien nous acheter du vin», explique Guillaume. Car Helvetimart a également une sélection de vins cantonaux originale. «Et nos clients sont contents de trouver chez nous des bouteilles, comme celles de Wegelin (GR), pas toujours faciles à se procurer.»

Helvetimart propose aussi des plats typiques cuisinés en bocaux, fabriqués à Martigny selon leurs recettes, des pâtés ou des salades. Et il offre également un service traiteur 100% helvétique pour des apéros ou des repas d’entreprise, des paniers-cadeaux. Les deux jeunes entrepreneurs ne manquent pas d’idées, ni de projets, comme celui d’étendre le concept dans d’autres villes. A suivre.

(24 heures)

Créé: 22.07.2017, 09h50

Pratique

Rue du Petit-Chêne 3, 1003 Lausanne.

Tél. 021 626 33 33.

www.helvetimart.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...